IRAN

La police religieuse de Rasht a-t-elle cédé face à la foule ?

Les opposants au régime de Mahmoud Ahmadinejad soutiennent qu’ils ont fait battre en retraite deux officiers de la police religieuse dans la ville de Rasht, située dans le nord du pays, après avoir libéré une jeune fille arrêtée pour "mauvais port du voile islamique".

Publicité

Les opposants au régime de Mahmoud Ahmadinejad soutiennent qu’ils ont fait battre en retraite deux officiers de la police religieuse dans la ville de Rasht, située dans le nord du pays, après avoir libéré une jeune fille arrêtée pour " mauvais port du voile islamique".

Avec l’arrivée des beaux jours, on observe comme chaque année une recrudescence des contrôles effectués par la police de la Vertu. Elle est chargée de veiller au respect de la loi islamique en matière d’interactions entre les personnes de sexe opposé, ainsi que des règles vestimentaires. Les femmes peuvent en effet être arrêtées si elles ne sont pas couvertes de la tête aux pieds tandis que tous les Iraniens risquent la prison s'ils se promènent dans des vêtements "occidentaux ".

Cette année pourtant, la lutte contre les femmes jugées "mal voilées" n’a pas reçu le soutien du président Mahmoud Ahmadinejad. Il a fait part publiquement de son inquiétude de voir des personnes arrêtées pour ce qu’il déclare être une banale infraction. Ses propos ont irrités les religieux conservateurs qui ont répondu que "personne n’a le droit d’empêcher la police de lutter contre le mauvais port du voile".

Vendredi, la vidéo d'une embuscade tendue par la foule à deux policiers tentant d’arrêter une jeune fille pour "mauvais port du voile" est apparue sur la Toile.

Les images sont difficilement interprétables. Selon l’utilisateur de Facebook qui a posté la vidéo, elle montre une foule venir au secours d'une jeune fille en chassant les officiers de police. D’autres Iraniens suggèrent, sans avancer de preuves, que la police a réussi à arrêter la jeune fille bien que la fenêtre arrière de leur véhicule ait été brisée au cours de l’affrontement.

Si vous êtes en possession d’information concernant cet incident, ou si vous avez assisté à la scène, contactez-nous. Nous actualiserons ce billet en fonction des informations qui nous parviennent.

La version des faits de la blogueuse

Eli (pseudonyme) est une blogueuse de 22 ans qui vit à Rasht. Elle dit avoir été témoin de la scène.

Je passais dans la rue Motahari –une des rues principales de la ville- quand je suis tombée sur une foule en colère. Je me suis approchée et j’ai vu un policier luttant contre une femme d’âge moyen, tout en essayant de repousser les passants. Il y avait un autre policier derrière le volant d’un véhicule de patrouille et une fille avec une écharpe bleue à l’arrière. On m’a dit que la police avait essayé d’arrêter la jeune fille pour 'mauvais port du voile islamique', mais que la mère de la jeune fille était intervenue et avait dit qu’elle ne les laisserait pas faire.

Alors que la mère et l’officier de police continuaient à vociférer, les passants ont commencé à se regrouper pour soutenir la mère, en chahutant la police. A ce moment-là, un jeune homme a brusquement pris la jeune fille par la main, l'a tirée hors de la voiture et jetée dans la foule. L’officier qui était dans le vehicule est sorti en hurlant, et soudain j’ai entendu la mère crier. Après cela, c’était le chaos total – la vitre arrière de la voiture a été brisée et les officiers ont sauté à bord et déguerpi, tandis que les gens criaient : 'Dictateur, dictateur !'."

 

Photo d'une véhicule de police prise le même jour. On peut lire sur la vitre arrière "Gasht e Ershad" (Police de la Vertu). Postée sur Facebook le 24 juin 2010.

Le sauvetage présumé

La vidéo a été tournée le jeudi 24 juin et mise en ligne le 25 juin.