SYRIE

Fiers d'être les Belges du Moyen-Orient

Les habitants de Homs, le troisième ville de Syrie, sont aux Moyen-Orientaux ce que les Belges sont aux Français : on ne compte plus les blagues sur leur prétendue stupidité. Pourtant, loin de s'offenser, les "Hamassinah" réclament aujourd'hui que leur ville obtienne le titre de "capitale mondiale du rire". Lire la suite...

Publicité

Couverture du livre intitulé "La littérature de la plaisanterie", de George Kadr, publiée sur la page Facebook du groupe "Les amis de la blague homsiote".

Les habitants de Homs, la troisième ville de Syrie, sont aux Moyen-Orientaux ce que les Belges sont aux Français : on ne compte plus les blagues sur leur prétendue stupidité. Pourtant, loin de s'offenser, les "Hamassinah" réclament aujourd'hui que leur ville obtienne le titre de "capitale mondiale du rire". Ils diffusent d'ailleurs déjà la plupart des calembours qui les concernent...

Image publiée sur la page Facebook du groupe "Les amis de la blague homsiote". Sur cette caricature revisitée, on peut lire: "Un Homsiote en pleine tentative de suicide".

Autres blagues homsies

"Comment reconnaît-on un Homsiote à la mosquée ?" Photo publiée sur la page Facebook du groupe "Les amis de la blague homsiote".

"Un savant homsiote découvre l'existence de l'eau sur Mars". Photo publiée sur la page Facebook du groupe "Les amis de la blague homsiote".

La "BMW homsiote". Photo publiée sur la page Facebook du groupe "Les amis de la blague homsiote".

Sur la pancarte située au-dessus de ces deux fonctionnaires du registre d'état civil de Homs, on peut lire : "Interdiction de fumer sous peine d'une amende de 500 livres syriennes (8,7 euros)". Photo publiée sur la page Facebook du groupe "Les amis de la blague homsiote".

 

"Les habitants de Homs sont connus pour leur gaieté et leur légendaire sens de l’humour"

George Kadr est journaliste à Homs. Il est l’auteur d’un ouvrage intitulé "La littérature de la plaisanterie" et a créé, il y a deux semaines, le groupe "Les amis de la blague homsiote : pour que Homs devienne la capitale mondiale du rire" sur Facebook.

Notre groupe rencontre un vif succès. Plus de 5 000 personnes, originaires pour la plupart de Homs, s’y sont déjà inscrites. Cela est dû, à mon sens, à deux facteurs : d’abord, en temps de guerre et de crise économique, la plaisanterie est le meilleur moyen de lutter contre la morosité ambiante. Ensuite, les habitants de Homs sont connus pour leur gaieté et leur légendaire sens de l’humour.

Les Français plaisantent sur les Belges, les Bulgares sur les habitants de la ville de Gabrovo [au centre de la Bulgarie], Les Tunisiens sur les gens de Sousse [dans l’est de la Tunisie] et les Syriens, Libanais et Jordaniens sur les 'Hamassinah'. Dans ce dernier cas, il faut en chercher les justifications dans l’Histoire de la ville de Homs.

On raconte qu’au XIIIe siècle, l’armée du conquérant mongol Tamerlan a attaqué Alep et l’a détruite. Lorsque les habitants de Homs ont appris qu’un pareil sort les attendait le mercredi suivant, ils décidèrent de tromper les envahisseurs pour échapper à la destruction annoncée de leur ville. Ils jouèrent aux fous en portant de curieux vêtements et en frappant sur des tambours, créant une ambiance de fausse hystérie générale. Apprenant cela et croyant que l’eau de l’Oronte, la rivière qui traverse la ville, en était la cause, les Mongols décidèrent d’épargner Homs et marchèrent directement sur Damas. Voilà comment les gens de Homs auraient sauvé leur ville : par le rire. Chaque mercredi, ils perpétuent d'ailleurs cette vieille tradition en célébrant la fête des fous.

Le rire et la plaisanterie font partie du patrimoine immatériel des peuples, que nous devons protéger. C'est pour cette raison que j’ai lancé une initiative pour présenter la candidature de la ville de Homs comme "capitale mondiale du rire" auprès de l’Unesco. Et pour favoriser ses chances, j’appelle à investir dans ce domaine en fabriquant, par exemple, des produits rigolos, en promouvant la littérature satirique et en organisant chaque année un festival du rire à Homs [Un concours de blagues homsies sera organisé dès cet été]. Et pour conclure mon propos sur une note légère, savez-vous pourquoi le Homsiote vérifie la température de l’eau en plongeant deux doigts ? Parce que deux avis valent mieux qu’un !"