PAYS-BAS

Panique lors d’une commémoration : "la Hollande est fragilisée par la peur"

Ce mardi, sur la place De Dam, à Amsterdam, en présence de la reine Beatrix, de la famille royale et des personnalités politiques, la cérémonie de commémoration des victimes de la seconde guerre mondiale a été perturbée par un incident qui a fait paniquer la foule. L’un de nos Observateurs explique de cet incident est révélateur d’un climat de peur qui règne aux Pays-Bas.

Publicité

Ce mardi, sur la place De Dam, à Amsterdam, en présence de la reine Beatrix, de la famille royale et des personnalités politiques, la cérémonie de commémoration des victimes de la seconde guerre mondiale a été perturbée par un incident qui a fait paniquer la foule. L'un de nos Observateurs explique de cet incident est révélateur d'un climat de peur qui règne aux Pays-Bas.

 Vidéo amateur du mouvement de foule

 

Henk Oldenziel est journaliste à Utrecht aux Pays-Bas. Ce texte n'a pas été édité par France 24.

Lorsque j'ai vu cette panique a la télévision - l'événement est chaque année retransmis en direct - j'ai pensé pendant une fraction de seconde: 'C'est pas vrai!'. C'était assez surréaliste de voir tout ce monde en mouvement. Collé a mon siège, j'ai cru, un instant, voir un film. Pourquoi ici, lors d'une commémoration  de guerre, 65 ans après la libération de notre pays? La NOS, la télévision nationale, a montré des gens au sol, des mères et des enfants en pleurs, mais, heureusement, pas de fumée, pas de sang. Une mauvaise blague, ai-je alors pensé.  

Les images et le commentateur  - qui a décrit la  scène avec un calme olympien -   m'ont vite rassuré. Le chef de cérémonie a dit: 'Quelqu'un est tombé dans les pommes, mais on va reprendre la cérémonie'. Plus tard, grâce aux témoignages, j'ai pu me faire une idée plus claire ce qui c'était passé. Un homme, habillé en juif orthodoxe, s'est mis à crier. Choqué, un ‘voisin' a balancé sa valise. Des gens ont alors lancé des ‘valise, bombe bombe !!', et la foule a paniqué. Des barrières de sécurité sont tombées, bruits que certains ont interprétés comme des bruits de bombe. 

L'auteur de cet acte imbécile, un Amstellodamois de 39 ans, était connu de la police. Un ancien trafiquant de drogue qui voulait créer la panique.

L'incident démontre comment la Hollande est fragilisé par la peur. Tout le monde se souvient encore de l'attentat contre la reine il y a un an (le 30 avril), lors de la fête nationale, qui avait fait sept morts. L'image d'une voiture roulant à travers la foule reste encore dans toutes les mémoires. On se souvient également des attentats contre le politicien Pim Fortuyn, le 6 mai 2002, et contre le cinéaste provocateur Theo van Gogh le 2 novembre 2004. Des hooligans provoquent régulièrement des troubles, même hors des matches de football. L'Année dernière, une bagarre lors d'une fête de plage a Hoek van Holland (Ouest) avait également fait deux morts. 

Depuis le 11 septembre 2001, les gens ont peur inconsciemment. Moi ces dates, je m'en souviens comme si c'était hier. Cette peur est renforcée par les médias qui montrent souvent des reportages qui montrent 'comment cela pourrait arriver', et détaillent les mesures de sécurité drastiquesDans la vie quotidienne, il suffit d'un petit incident pour créer la panique. 

L'image qui me restera de cette soirée pas comme les autres est celle de la reine, bien décidée à poursuivre la comm émoration. 'Ne nous-laissons pas provoquer par un imbécile', était son message. Quelques minutes après l'incident, les premières blagues ont fusé. Car si certaines personnes ont eu la peur de leur vie, d'autres - ceux qui comme moi n'étaient pas sur place - ont aussi su prendre l'incident avec une certaine légèreté et philosophie.