L’opposition kirghize a pris le pouvoir hier après une journée de violences qui a fait au moins 68 morts. Un de nos Observateurs sur place nous raconte les rumeurs alarmistes qui circulent à Bichkek, la capitale.

Dmitric (pseudo) est administrateur de site Internet à Bichkek.

J'ai entendu des coups de feu et des explosions toute la nuit. Il y a eu beaucoup de pillages [le leader de l'opposition, Roza Otunbayeva, a pourtant appelé hier la population à cesser les pillages]. J'ai moi-même vu des gens piller le supermarché Narodniy. Ce matin, c'est plus calme, mais j'ai peur que cela reprenne.

 

Sur Internet et dans la rue, beaucoup de rumeurs circulent. Tout le monde pense que les pillages vont continuer, surtout cette nuit. On dit que des groupes armés s'organisent et qu'ils vont attaquer les quartiers riches [un autre Observateur sur place a confirmé que cette rumeur est répandue à Bichkek]. Notamment le quartier dit 'diplomatique' [quartier aisé, mais qui n'est pas le quartier des ambassades]. On dit qu'ils ont des Kalashnikovs, des grenades, et qu'ils auraient même volé un véhicule blindé. Il y a d'ailleurs des groupes d'autodéfense qui commencent à se créer. Et eux aussi sont armés.

Moi j'habite au centre ville et j'ai très peur."

Les manifestants affrontent la police

 

 

Bishkek le 7 avril.

Après les pillages

Photo : Anton Kirsanov. Bishkek le 7 avril.

Photo : diesel.elcat.kg. Bishkek le 7 avril.

Photo : diesel.elcat.kg. Bishkek le 7 avril.

Photo : Anton Kirsanov. Bishkek le 7 avril.