COLOMBIE

Le moyen de transport le plus dangereux d’Amérique latine

Pour survoler la géographie escarpée et contraignante de la cordillère, les paysans andins utilisent non sans risque des "garruchas" ou des "tarabitas", des engins rudimentaires de transport.

Publicité

Photo postée sur Flickr par JuanFernandoPacheco

Les paysans andins ne manquent pas de ressources pour contourner la géographie escarpée de la cordillère. Pour se déplacer, ils utilisent des "garruchas" ou des "tarabitas", des engins rudimentaires de transport, très prisés dans les zones montagneuses de la Colombie, de l’Équateur et du Venezuela.

Constituées d’une cage artisanale, ou d’un harnais de cordes liées à une poulie, les "garruchas" se déplacent sur un câble relié à deux poteaux situés à plusieurs centaines de mètres, voir quelques kilomètres de distance. Au début du XXe siècle, cet engin volant était considéré comme un summum de modernité en Amérique du Sud. Pratique, il permettait de réduire les distances entre le monde rural et la ville.

Mais les "garruchas" sont loin d’être sûrs. Munis d’un frein en bois et d’un harnais primitif, des enfants de tous âges risquent quotidiennement leur vie en survolant des rivières ou des précipices de plusieurs centaines de mètres. Au milieu du mois de janvier, un couple de voyageurs a perdu la vie dans le département colombien d’Antioquia : au moment de traverser un précipice, un des câbles s’est rompu, provoquant leur chute mortelle.

Les "garruchas", des objets volants dangereux

Vidéo postée sur Youtube par latinojuan

 

Vidéo postée sur Youtube par yhosac

 

"En imitant Icare, les paysans risquent de finir comme lui ! "

Juan Andrés Grandjean est un photographe colombien. Il a souvent emprunté des "garruchas" pour se déplacer.

La configuration de la forêt colombienne bouleverse les distances : un trajet qui, à vol de oiseau, ne prendrait que quelques minutes, se transforme en une interminable marche à travers un labyrinthe parsemé d’obstacles. Face à cette adversité, les paysans ont su s'adapter. La 'garrucha' est une solution peu onéreuse et relativement simple à mettre en place. Elle est devenue monnaie courante dans des coins reculés de Colombie. Mais elle reste très dangereuse.

 

Le manque de réglementation en Colombie concernant ce type d'équipement transforme les garruchas en une roulette russe puisque leur installation nécessite des connaissances techniques souvent méconnues ainsi qu’un matériel professionnel. Mais qui dirait non à la possibilité de transformer de longues heures de marche et de sueur en de brefs instants de survol de la canopée tropicale ? En imitant Icare, les paysans risquent de finir comme lui !"