ALGÉRIE

Violence policière inexpliquée en Kabylie

Le 12 janvier dernier à Tizi-Ouzou, en Algérie, les forces de l'ordre ont violemment réprimé une manifestation en soutien au MAK, le Mouvement pour l'autonomie de la Kabylie. Les médias n'ont pas relayé l'incident dans un pays où toute manifestation d'opposition est interdite, mais une vidéo amateur montre une barricade de policiers anti-émeutes charger les manifestants en les frappant avec des matraques, alors que personne ne les provoquait apparemment. Lire la suite et voir la vidéo...

Publicité

Le 12 janvier dernier à Tizi-Ouzou, en Algérie, les forces de l'ordre ont violemment réprimé une manifestation en soutien au MAK, le Mouvement pour l'autonomie de la Kabylie. Les médias n'ont pas relayé l'incident dans un pays où toute manifestation d'opposition est interdite, mais une vidéo amateur montre une barricade de policiers anti-émeutes charger les manifestants en les frappant avec des matraques, alors que personne ne les provoquait apparemment.

"C’est la première fois que l’on opprime une marche de forces politiques"

Mohammed Bessa, 43 ans, est journaliste à Bejaïa, en Kabylie.

Les médias n'ont pas relayé cette bavure policière qui a eu lieu à Tizi-Ouzou. Seuls des sites Internet l'ont fait. C'est la première fois que l'on opprime une marche de forces politiques. Généralement, les heurts se produisent entre policiers et émeutiers. Le leader du MAK a condamné la brutalité des policiers, même si ces informations restent sujettes à caution car aucun mort ou blessé grave n'a été signalé.

Je ne sais pas pourquoi les policiers alignés face aux manifestants ont chargé. Il se peut que la marche ait été interdite, comme c'est le cas de toutes les marches à l'exception de celles qui soutiennent le régime. Depuis le décret qui a institué l'état d'urgence, en 1992, les partis d'opposition ne cessent de dénoncer l'étouffement de la vie politique et l'interdiction de certaines formes d'expression publique. En cela, il n'y a rien de nouveau sous le soleil.

Vidéo postée par "Tilianum" sur YouTube le 12 janvier 2010.