YÉMEN

"L'ambassade de France nous a demandé de faire profil bas"

Les ambassades occidentales ferment les unes après les autres à Sanaa en raison de menaces d'attaques proférées par des groupes se réclamant du réseau terroriste Al-Qaïda. La sécurité est renforcée dans la ville et les expatriés vivant sur place sont appelés à la plus grande prudence.

Publicité

Les ambassades occidentales ferment les unes après les autres à Sanaa en raison de menaces d'attaques proférées par des groupes se réclamant du réseau terroriste Al-Qaïda. La sécurité est renforcée dans la ville et les expatriés vivant sur place sont appelés à la plus grande prudence.

Le Yémen est le pays le plus pauvre de la péninsule Arabique. Il est confronté depuis des années à une rébellion chiite dans le Nord et à un mouvement séparatiste dans le Sud. Mais c’est surtout depuis qu’Al-Qaïda dans la péninsule Arabique (AQPA) a revendiqué la tentative d'attaque du 25 décembre contre le vol entre Amsterdam et Detroit qu’il préoccupe les grandes puissances occidentales.

Se sentant directement menacées, les ambassades britannique et américaine à Sanaa ont fermé depuis dimanche. Ce lundi, c’était au tour de l’Allemagne et de la France de bloquer l’accès à leur représentation. Des barrages de police ont été installés sur la route menant à l'aéroport international, tandis que les forces de sécurité ont mené une opération au nord de la capitale contre des membres présumés d'Al-Qaïda, tuant au moins deux militants.

Selon le ministre yéménite des Affaires étrangères, le pays pourrait abriter jusqu'à 300 activistes liés au réseau terroriste d'Oussama ben Laden.

"Des militaires barrent les rues des ambassades et ne laissent passer que les résidents"

Laurence Martin (nom d'emprunt) est une Française qui vit à Sanaa depuis deux ans.

Elle a collaboré avec le magazine local "Yemen Today".

J'habite à proximité des ambassades française et allemande. On a reçu un communiqué officiel ce matin qui nous annonçait qu'elles étaient désormais fermées au public. Depuis des militaires barrent les rues et ne laissent passer que les résidents. L'ambassade de France nous a demandé de faire profil bas et d'éviter de nous rendre dans les hôtels fréquentés par les Américains ainsi qu'au British Club, où se retrouve la plupart des expatriés britanniques.

Les ambassades britannique et américaine se trouvent dans un quartier isolé de la ville. Elles sont fermées depuis deux jours, mais elles sont de toute façon toujours très surveillées depuis l'attentat contre l'ambassade américaine en septembre 2008.

Lorsque je suis arrivée dans le pays, en 2007, les expatriés occidentaux étaient tout à fait libres de leurs mouvements. On pouvait partir en excursion loin de Sanaa, voir des paysages magnifiques. Désormais, seules quelques grandes entreprises proposent ce type de sorties, mais sous bonne escorte armée.

La situation a vraiment changé dans le pays à partir de 2008, après les attaques contre les étrangers et l'attentat qui a visé l'ambassade américaine.

Ce n'est un secret pour personne qu'Al-Qaïda est implanté dans le pays depuis des années. Mais tout le monde semblait s'en moquer jusqu'à cet attentat manqué contre le vol Amsterdam-Detroit, à Noël. Depuis, le Yémen intéresse les médias. Espérons qu'ils parleront un peu plus des autres problèmes ici, comme la rébellion qui sévit dans le nord du pays.

Quoi qu'il en soit, il n'y a aucune tension entre les Yéménites et les expatriés occidentaux. Je peux me balader tranquillement dans les rues de Sanaa, non voilée, sans rencontrer le moindre problème."