IRAN

Des manifestants iraniens témoignent

L'Iran a connu dimanche les manifestations les plus sanglantes depuis le début des protestations postélectorales en juin dernier. Huit personnes ont trouvé la mort dans les affrontements et parmi elles le neveu de Mirhossein Moussavi, une des figures de l'opposition. Selon certaines rumeurs, les funérailles du défunt se tiendront aujourd'hui à Téhéran. Lire les témoignages...

Publicité

Image postée sur le site pro-réformiste TehranLive.org.

L'Iran a connu dimanche les manifestations les plus sanglantes depuis le début des  protestations postélectorales en juin dernier. Huit personnes ont trouvé la mort dans les affrontements et parmi elles le neveu de Mir Hossein Moussavi, une des figures de l'opposition. Selon certaines rumeurs, les funérailles du défunt se tiendront aujourd'hui à Téhéran.

Nous actualiserons cette page tout au long de la journée. Envoyez nous vos photos et vos vidéos: observers@france24.com

ACTUALISATION 1 : Les manifestations de dimanche tournent aux affrontements

Les manifestants sont descendus dans la rue à l'occasion de la commémoration chiite de l'Achoura, une célébration qui coïncidait avec le septième des dix jours de deuil du grand ayatollah dissident Hossein Ali Montazeri

Selon la télévision d'Etat, Press TV,, huit personnes sont décédées ce jour-là, mais les autorités affirment qu'ils sont tous morts accidentellement et non à la suite de la répression policière.

Les manifestants affirment pourtant que la police a tiré directement dans la foule. La foule a répondu aux tirs et au gaz lacrymogène en jetant des pierres sur les agents et en mettant le feu à leurs voitures et à leurs motos. Des centaines de personnes auraient été arrêtées. (Selon Press TV, un certain nombre de "terroristes" ont été arrêtés après avoir "attaqué des personnes en deuil qui participaient à la cérémonie de l'Achoura" et après avoir "endommagé la propriété publique")

Selon nos Observateurs sur place, les funérailles des manifestants devraient avoir lieu aujourd'hui dans la section 257 du cimetière de Behesht Zahra où un grand nombre de manifestants réformistes sont enterrés.

Des centaines de vidéos et de photos amateurs de cette journée ont été postées sur Internet. Voici les plus impressionnantes.

La foule se regroupe autour de ce qui semble être le corps sans vie d’un manifestant et photographie ses blessures. Postée sur Facebook ici.

Les manifestants arrêtent un camion de la police et libèrent les personnes arrêtées. Postée sur Liveleak.

ATTENTION – Ces images peuvent choquer

Un homme qui semble s’être pris une balle dans la tête. Postée sur Liveleak.

Les manifestants renversent un camion de police et y mettent le feu. Postée sur YouTube.

ATTENTION – Ces images peuvent choquer

Les manifestants aident les personnes blessées à sortir de la foule afin qu’elles ne soient pas arrêtées. A 4 min. 10 sec., une personne est à terre, le visage ensanglanté. Postée sur YouTube.

ACTUALISATION 2 : Les manifestants continuent à protester pendant la nuit

Sur cette vidéo postée dimanche soir, on entend les manifestants scander "Dieu est grand, le régime est faible". Postée sur YouTube.

ACTUALISATION 3 : "Aujourd'hui, la ville est calme, presque déserte"

J'étais hier à la manifestation. C'était extrêmement violent. La Sepah [les gardes révolutionnaires] et les bassidjis [la milice citoyenne] ont essayé de diviser la foule en plusieurs petits groupes. Sans succès.

Après la mort de Neda, les autorités ont dit à la police de ne pas tirer directement sur les manifestants. Mais ils l'ont fait hier. Et quand les jeunes ont vu du sang, ils se sont mis en colère. Ils ont attaqué la police et les bassidjis, leur ont lancé des pierres et en ont blessés quelques-uns. Quand ça a commencé à déraper, les bassidjis et les Sepah ont fait une chose qu'ils n'avaient jamais faite : ils ont délibérément piétiné les manifestants. Des amis ont assisté à cette scène.  

Quand on a appris que le neveu de Mir Hossein Moussavi avait été tué, ça a été un choc pour tout le monde. Et le soir même, les manifestants sont redescendus dans la rue. Ils ont même manifesté devant le siège de la télévision d'Etat sur la rue Vali Asr.

Aujourd'hui, la ville est calme, presque déserte. Mais je ne sais pas ce qui va se passer aujourd'hui."

ACTUALISATION 4 : "Ils nous ont tabassés avec des bâtons"

Vers 2h hier, je marchais le long de la rue Azadi avec ma femme quand des policiers en civil nous ont attaqués. Ils nous ont tabassés avec des bâtons, frappant même ma femme à la tête. Nous avions effectivement manifesté en juin, après l'élection, mais cette fois nous étions juste spectateurs. Nous n'avions pas de banderole et ne chantions aucun slogan. Après en avoir fini avec nous, la police s'en est prise à un autre groupe. J'ai vu une femme se faire battre par cinq policiers. Ils l'ont laissée sans connaissance.

Ils disent que huit personnes sont mortes, mais nous n'avons aucune idée du nombre de personnes décédées de leurs blessures cette nuit ou aujourd'hui. Dans beaucoup de cas, les cadavres ont disparu sans que les familles aient pu les voir.

S'il y a des manifestations aujourd'hui et que les autorités agissent de la même façon, la situation va dégénérer."

ACTUALISATION 5 : Des stations de métro fermées et des manifestants qui se rassemblent

D'après nos Observateurs à Téhéran, au moins trois stations de métro ont été fermées après que des manifestants se sont regroupés, à partir de 17h (heure de Paris), près de la place Hafte Tir.

Il n'existe pour l'instant aucune image de ce rassemblement. Nos Observateurs affirment également que le réseau de téléphonie mobile a été coupé au centre de la capitale et que les connexions Internet y sont extrêmement lentes.