DANEMARK

Qui fait dégénérer les manifestations à Copenhague ?

Si les négociations semblent dans l’impasse à deux jours de la fin du sommet de Copenhague sur le climat, les militants écologistes présents sur place ne baissent pas les bras. Des milliers de personnes ont de nouveau défilé, ce mercredi, pour faire entendre leur voix à l’intérieur du Bella Center, où se tiennent les négociations. La plupart du temps pacifiques, ces manifestations tournent néanmoins souvent à l’affrontement, comme le rapporte notre Observateur au cœur des cortèges.

Publicité

Si les négociations semblent dans l’impasse à deux jours de la fin du sommet de Copenhague sur le climat, les militants écologistes présents sur place ne baissent pas les bras. Des milliers de personnes ont de nouveau défilé ce mercredi pour faire entendre leur voix jusqu'à l’intérieur du Bella Center, où se tiennent les négociations. La plupart du temps pacifiques, ces manifestations tournent néanmoins souvent à l’affrontement, comme le rapporte notre Observateur au cœur des cortèges.

Comme chaque jour depuis l’ouverture de la conférence de l'ONU sur le climat, des manifestants ont défilé dans les rues de la capitale danoise pour tenter d’influencer les négociateurs officiels. Des manifestations qui ont une nouvelle fois dégénéré en affrontements avec les forces de l’ordre. La police annonce avoir procédé à 260 arrestations ce mercredi à proximité du Bella Center.

"Ces pseudo-manifestants ne voulaient visiblement pas défiler pacifiquement comme la grande majorité des gens"

Jack Lenk est un photographe new-yorkais. Il a fait le déplacement à Copenhague avec ses amis de l’ONG, Project Survival Media (PSM).

Je suis allé à la manifestation ce matin. J’ai une chambre dans un hôtel à Malmö, en Suède, juste de l’autre côté de la baie, alors j’ai pris le train pour me rendre à Copenhague, mais celui-ci a été bloqué à l’aéroport par des manifestants. J’ai ensuite pris un taxi pour me rendre sur les lieux de la manifestation, à proximité du Bella Center, où se tient le sommet.

Le cortège était très paisible, les gens chantaient et il y avait de la musique. Au bout d’un moment, j’ai décidé de franchir le cordon de police avec mon accréditation pour voir ce qui se passait de l’autre côté. Une fois que j'ai franchi le barrage, un petit groupe de manifestants sous une banderole "Reclaim the power" (Reconquérir le pouvoir) a demandé à la foule de compter jusqu’à 5 puis de forcer le barrage des policiers. La police, qui n’avait pas fait usage de ses matraques jusque-là, n’a pu faire autrement que de repousser les gens en utilisant des gaz lacrymogènes.

On ne peut pas dire que ce soit de la faute de la police s’il y a eu des affrontements aujourd’hui, ils n’avaient pas le choix. J’ai vu un manifestant prendre un coup de matraque à la tête, puis les forces de l’ordre ont déclaré la manifestation illégale et ont dispersé les manifestants.

Étant de l’autre côté, j’ai voulu ensuite me rendre dans le Bella Center pour mettre mes photos en ligne. Mais apparemment des gens manifestaient aussi à l’intérieur du centre. Ce doit être des membres d’ONG comme moi car il faut un pass pour pénétrer à l’intérieur. Du coup, la sécurité a refusé de me laisser passer malgré mon accréditation et j’ai dû alors rentrer à l’hôtel pour poster mes photos sur Internet.

Je peux affirmer qu’il n’y avait aucune violence ni d’un côté ni de l’autre avant que ce petit groupe décide de forcer le barrage de la police. Ces pseudo-manifestants ne voulaient visiblement pas défiler pacifiquement comme la grande majorité des gens."

Les photos de Jack :

Toutes les photos sont de Jack Lenk.