RUSSIE

L'incendie de la boîte de nuit russe filmée par un amateur

Les sinistres détails de l'incendie qui a ravagé, vendredi, une boîte de nuit russe à Perm, une ville située à plus de 1 000 km à l’est de Moscou, coûtant la vie à 117 personnes, commencent à émerger. L’utilisation de feux d’artifice contraires aux règles de sécurité, l’absence d’issues de secours et d’un système anti-incendie automatisé sont autant d’éléments qui seraient à l’origine de la catastrophe.

Publicité

Les sinistres détails de l'incendie qui a ravagé, vendredi, une boîte de nuit russe à Perm, une ville située à plus de 1 000 km à l’est de Moscou, coûtant la vie à 117 personnes, commencent à émerger. L’utilisation de feux d’artifice contraires aux règles de sécurité, l’absence d’issues de secours et d’un système anti-incendie automatisé sont autant d’éléments qui seraient à l’origine de la catastrophe.

Le "Khromaya Loshad" - "cheval boiteux" en français - célébrait son huitième anniversaire avec un spectacle mêlant danseurs et feux d’artifice quand l’incendie a éclaté. L’un des artistes a lancé une fusée trop haut, qui s’est enchevêtrée dans de fausses branches fixées au plafond, semant la panique dans la salle quelques minutes plus tard.

L'opération de sauvetage

Les pompiers allongent les corps des victimes à l'extérieur en attendant l'arrivée des ambulances. Le récit de l'opération de sauvetage est disponible en anglais sur Global Voices. Photo postée sur Livejournal par "kostyanus".

"Quelle personne sensée organiserait un feu d'artifice dans une salle avec un plafond en paille ?"

Dimitry Borisov est propriétaire de plusieurs clubs et restaurants à Moscou.

Les normes de sécurité concernant les incendies sont assez strictes en Russie mais, la plupart du temps, elles restent réalisables. Nous les respectons [dans mes établissements]. Il arrive que des inspecteurs essaient d'imposer des règles impossibles à suivre - par exemple élargir les escaliers dans un vieil immeuble, ou installer des extincteurs d'un modèle spécifique, qui se déclenchent dès que quelqu'un allume une cigarette. Cela dépend de l'inspecteur et on peut ignorer les réglementations irréalistes - comme toutes les autres réglementations en Russie - si on paie des pots-de-vin.

En général, cependant, les règles telles que disposer d'extincteurs en quantité suffisante ou traiter les constructions en bois avec une substance non-inflammable sont respectées par la plupart des propriétaires de club.

En ce qui concerne la tragédie qui a eut lieu à Perm, je ne pense pas qu'elle ait été causée par un problème de sécurité. Je ne crois pas non plus que ce soit la faute d'un inspecteur corrompu. Le problème, c'est l'incroyable, la tragique et la criminelle idiotie des propriétaires du club. Comment imaginer qu'une personne sensée organise un feu d'artifice dans une salle avec un plafond en paille ? C'est la même chose que de boire jusqu'à l'ivresse et de faire un feu dans une grange. S'ils tenaient absolument à faire des feux d'artifice, ils auraient pu utiliser ce qu'on appelle des "feux d'artifice froids" utilisables en intérieur.

Cela me rappelle un accident terrible qui a eu lieu il y a quelques années dans un strip-club de Moscou. Plusieurs danseuses exotiques avaient trouvé la mort dans un incendie. Une fois de plus, la bêtise était à l'origine du drame puisque, quand le feu s'est déclenché, toutes les portes étaient fermées à clef."

Postée sur le site d'info russe Ria Novosti.