ÉMIRATS ARABES UNIS

Robin des bois distribue nourriture et vêtements à Dubaï

Si Dubaï est aujourd'hui menacé de faillite, il n'en a pas toujours été ainsi. Mais les pauvres n’ont, eux, jamais connu les fastes de l’émirat. C'est pourquoi, chaque année, à l'occasion de l'aïd el-Adha (la fête du sacrifice), Faissal Khan - surnommé Robin des Bois - leur fait partager les joies des mieux lotis.

Publicité

Si Dubaï est aujourd'hui menacé de faillite, il n'en a pas toujours été ainsi. Mais les pauvres n’ont, eux, jamais connu les fastes de l’émirat. C'est pourquoi, chaque année, à l'occasion de l'aïd el-Adha (la fête du sacrifice), Faissal Khan - surnommé Robin des bois - leur fait partager les joies des mieux lotis.

Faissal, 34 ans, est un homme d’affaires élevé au Canada et installé depuis 3 ans à Ajman, aux Emirats arabes unis. L’année dernière, il lance TakeMyJunkUAE.com, un service de ramassage qui récupère chez les expatriés et les Emiratis nantis des meubles, des vêtements, des appareils ménagers et électroniques ainsi que des aliments pour les redistribuer aux ouvriers pauvres du pays.

Depuis le début de la crise, de nombreux cadres supérieurs ont quitté les Emirats avec leurs familles, léguant à Faissal une grande partie de leurs meubles et vêtements.

"Les expatriés sont généralement habitués à faire don d’objets dont ils n’ont plus usage"

Faissal Khan a longtemps travaillé dans le milieu social et caritatif au Canada. Aujourd’hui, il tente de capitaliser sur cette expérience pour en faire profiter des milliers d’ouvriers étrangers à Ajman.

Nous aidons en premier les ouvriers qui travaillent sur les chantiers de construction, ceux qui gagnent environ 1 000 dirhams (183 euros) par mois. Ces ouvriers envoient une grande partie de leurs gains à leurs familles restées en Inde, au Pakistan, au Bangladesh, etc. Avec le coût de la vie aux Emirats, même les denrées de première nécessité deviennent un luxe pour eux. Tout a commencé l’année dernière lors de la fête de l’aïd el-Adha. Avec l’aide d’hommes d’affaires pakistanais et indiens, j’ai distribué aux ouvriers du camp Ajman des sacs contenant chacun 1,5 kilo de viande d’agneau ou de volaille afin qu’ils puissent célébrer dignement cette fête. Après l'aïd, nous avons continué notre action. L’idée étant de récupérer chez les riches tout ce dont ils n’ont plus besoin pour le donner aux plus pauvres.

Les expatriés sont généralement habitués à faire don d’objets dont ils n’ont plus usage. Pour cette raison, la grande majorité de nos donateurs sont des Britanniques, des Canadiens, des Européens et des Indiens qui résident à Dubaï. Au sein de la population arabe, la culture de recycler des objets de seconde main est moins présente, mais nous essayons aujourd’hui de la développer. Des élèves de la Jumeirah English Speaking School sont ainsi venus nous aider, il y a trois jours, à distribuer des sacs de riz à des ouvriers d’Ajman. Dimanche, nous leur donnerons 1 000 autres sacs et autant lundi.

Pour la fête de l’Adha, des membres de la communauté musulmane, notamment des Pakistanais et des Bengladais, nous ont aidés à récupérer 235 kilos de viande que nous avons distribués aux ouvriers d’Ajman. Nous en distribuerons 200 autres dimanche ainsi que du savon, du dentifrice, de l’huile et des déodorants.

En 2010, nous désirons dispenser des cours d’anglais et d’informatique aux ouvriers migrants et envoyer des containers de biens récupérés dans des pays pauvres tels que la Somalie, l’Ethiopie, l’Inde ou les Philippines."

 

 

Photos postées par Faissal sur le site takemyjunkuae.