ÉGYPTE

Les trains de troisième classe égyptiens : attention danger !

Dix-huit personnes sont mortes dans un accident de train en Egypte samedi dernier. Tout cela à cause d’une vache postée sur la voie. Notre Observateur nous décrit, en texte et en images, un système ferroviaire d’un autre temps.

Publicité

Dix-huit personnes sont mortes dans un accident de train en Egypte samedi dernier. Tout cela à cause d’une vache postée sur la voie. Notre Observateur nous décrit, en texte et en images, un système ferroviaire d’un autre temps.

Le 24 octobre, deux trains de voyageurs se sont percutés près de la ville d’al-Ayyat, au sud du Caire, tuant 18 personnes (voir photos).

Les circonstances de cet accident sont invraisemblables. Le premier train percute une vache et s’arrête. Le deuxième, n’étant pas prévenu de l’incident par l’aiguillage, lui rentre dedans à pleine vitesse. Et comme à chaque accident de train en Egypte, la responsabilité est rejetée sur un petit employé. Selon la version officielle, l’aiguilleur avait quitté son poste avant que son remplaçant n’arrive. Une excuse facile pour se dédouaner d’un système ferroviaire en complète déliquescence. Le ministre des Transports, Mohamed Mansour, a toutefois dû démissionner trois jours après l’accident.

Le réseau ferré égyptien s’étend sur 6 700 km et transporte 1,4 million de voyageurs par jour. Il existe trois classes de trains. Et ce sont souvent les trains de troisième classe, les moins chers, qui sont pointés du doigt. Ils sont vétustes, bondés, n’ont souvent pas d’extincteurs, ni même de fenêtres ou de portes qui ferment…

En 2007, 1 231 personnes sont mortes dans des accidents de trains, selon un bilan du gouvernement repris par le site d'information Masrawy.

On les traverse quand on veut

Gare de Sidi Jaber, Alexandrie. Vidéo postée sur Youtube par titovstotti.

On y marche tranquillement

Vidéo postée sur Youtube par Sherifyassin.

Les voies sont des poubelles

Gare de Tanta (au nord du Caire). Vidéo postée sur Youtube par Firstnight 1979.

"Les pauvres font du 'air skying'"

Deenulhaq, 25 ans, vient de la province d’el-Behira, près d’Alexandrie. Il est au chômage.

Vidéo filmée 17 octobre 2009, une semaine avant le dernier accident d’al-Ayyat.

Je revenais du Caire vers chez moi quand j’ai vu passer ce train, avec tous ces gens tassés sur son toit pour éviter les contrôleurs - en Egypte, on appelle cela le 'air skying'. J’ai sorti ma caméra et j’ai filmé.

Après l’accident de 2002 [360 personnes avaient péri dans l’incendie d’un train], le gouvernement avait promis d’améliorer les conditions de transport dans les trains, mais rien n’a été fait. Ces trains sont toujours très lents, parce qu’ils s’arrêtent dans tous les petits villages. Les portes restent toujours ouvertes. Les toilettes sont inutilisables parce qu’il n’y a pas d’eau et les odeurs qui en sortent sont répugnantes. Souvent les wagons ne sont même pas éclairés. Il n’y a pas de service de sécurité. Il n’est pas rare que des bagarres éclatent, parce qu’un type a dragué la fille ou la sœur d’un autre, ou pour des broutilles de ce genre. Les gens cassent alors les lampes pour s’en servir de couteaux.

Et en cas de problème à l’intérieur du train, il n’y a rien pour prévenir le contrôleur. Mon frère a assisté à une scène dramatique il y a une dizaine d’années. Un homme est tombé du train et a été traîné sur une longue distance sans que le conducteur s’en rende compte. Certains passagers ont fini par siffler pour alerter le conducteur, qui s'est alors rendu compte de la situation.

Dernier problème récurent, l’employé des passages à niveau, dans les petits villages, est souvent absent, parfois parce qu’il fait la sieste. Et cela a provoqué plusieurs accidents."