FRANCE

OM–PSG : "C’était une vraie scène de guérilla... Tout ça pour un ballon rond !"

Maryse tient un café au pied de la gare Saint-Charles, à Marseille. Le clasico entre l'OM et le PSG devait lui assurer une belle recette. Mais, ce dimanche, au lieu d'accueillir des clients, c'est une bande de hooligans qu'elle a vu déferler sur son café. Lire la suite et voir la vidéo...

Publicité

Maryse tient un café au pied de la gare Saint-Charles, à Marseille. Le clasico entre l'OM et le PSG devait lui assurer une belle recette. Mais, ce dimanche, au lieu d'accueillir des clients, c'est une bande de hooligans qu'elle a vu déferler sur son café. Annulé quelques heures avant le coup d'envoi par la Ligue nationale de football pour cause de grippe A, le clasico s'est transformé en guérilla urbaine. Les supporters des deux camps et les forces de l'ordre se sont affrontés dans le quartier du Vieux-Port et autour de la gare Saint-Charles. Bilan : une vingtaine de blessés légers et de nombreux dégâts matériels.

"La prochaine fois, ils n’ont qu’à jouer le match à l’étranger"

Maryse est propriétaire d’un café près de la gare Saint-Charles, à Marseille, l'un des endroits de la cité phocéenne où se sont concentrées les échauffourées.

On a vu passer des fous furieux toute la journée, notamment entre 14h30 et 18h30. Certains d’entre eux étaient armés de barres de fer et de fumigènes, malgré la présence de la police. C’était une vraie scène de guérilla... Tout ça pour un ballon rond ! Un groupe de voyous est entré dans mon café qui est situé en face de la gare Saint-Charles. Ils ont cassé les vitres, saccagé plusieurs tables, tagué les rideaux et donné des coups de poings dans la télévision. Ils m’ont même volé des chaises pour se taper dessus !

C’est aberrant que cela puisse arriver. Heureusement que mon assurance va payer. Mes clients et les habitants de la ville sont consternés, la Ligue porte une grande responsabilité dans cette affaire. Le match aurait dû être annulé la veille, non le jour même. Ce n’est plus du foot, c’est de la folie. La prochaine fois, ils n’ont qu’à le jouer à l’étranger, le Marseille-PSG. Nous, on ne veut plus payer les pots cassés."

Les affrontements aux abords de la gare Saint-Charles de Marseille

Postée sur Youtube par LeCHRONOS