TUNISIE

Ben Ali bientôt réélu : "La conséquence de ses réussites ?"

Le ministre tunisien de la Justice et des droits de l'Homme a affirmé sur FRANCE 24 que le système démocratique du pays fonctionnait. Un mensonge honteux pour notre Observateur, l'opposant Mokhtar Yahyaoui, qui dénonce la comédie qui se tiendra dimanche en Tunisie. Lire la suite...

Publicité

Image postée sur Flickr par Reveiltunisien.

Le ministre tunisien de la Justice et des droits de l'Homme a affirmé sur FRANCE 24 que le système démocratique du pays fonctionnait. Un mensonge honteux pour notre Observateur, l'opposant Mokhtar Yahyaoui, qui dénonce la comédie qui se tiendra dimanche en Tunisie.

Zine el-Abidine Ben Ali est élu tous les cinq ans depuis le 7 novembre 1987, date de son premier mandat à la tête de la Tunisie, et cela, quelque soit le vote des citoyens.

Le pays a beau afficher régulièrement un taux de croissance d'environ 5 %, bénéficier d'infrastructures efficaces en terme de transports et d'éducation, et s'être imposé comme un modèle dans la région en matière de droit des femmes, il reste un des plus mauvais élèves en ce qui concerne la liberté d'expression.  

Invité sur FRANCE 24, Béchir Tekkari, ministre de la Justice et des droits de l'Homme, a affirmé que  le scrutin a toujours été "égalitaire, transparent et pluraliste". Pourtant, le Rassemblement constitutionnel démocratique (RCD) - le parti au pouvoir - tient le pays d'une main de fer, et pratique régulièrement la mise à l'écart des membres de l'opposition et  la censure des médias.

En 2009, le classement annuel de Reporters sans frontières n'a noté aucune amélioration en terme de liberté de la presse, ce qui place la Tunisie de Ben Ali au 154e rang sur les 175 pays de la liste. 

"Si Ben Ali est élu, c'est la conséquence de toutes ses réussites"

L'Entretien de FRANCE 24 présenté par Sylvain Attal le 23 octobre 2009. Invité : Béchir Tekkari, ministre de la Justice et des droits de l'Homme.

"Cette élection est une supercherie"

Mokhtar Yahyaoui est un magistrat tunisien révoqué à la suite d'une lettre adressée au président de la République dans laquelle il revendiquait l'indépendance de la justice. Interdit de sortir du territoire depuis 2001, son blog a été hacké en septembre et reste inaccessible depuis.

Mokhtar donne son avis sur la prochaine élection, qu'il juge "comique", et dénonce la censure et les pressions dont il est victime.