ARABIE SAOUDITE

Vandalisme à Khobar : on fouette d'abord, on juge après

Le 23 septembre, l'Arabie saoudite célébrait sa fête nationale. Des célébrations entachées d'actes de vandalisme et de pillage dans la ville côtière de Khobar. Arrêtés par dizaines, les fauteurs de troubles présumés ont été flagellés avant-hier publiquement avant même que leur procès n'ait eu lieu. Des pratiques qui n'émeuvent pas plus que ça les habitants de la ville. Lire la suite...

Publicité

Le 23 septembre, l'Arabie saoudite célébrait sa fête nationale. Des célébrations entachées d'actes de vandalisme et de pillage dans la ville côtière de Khobar. Arrêtés par dizaines, les fauteurs de troubles présumés ont été flagellés avant-hier publiquement avant même que leur procès n'ait eu lieu. Des pratiques qui n'émeuvent pas plus que ça les habitants de la ville.

Des hordes de jeunes ont déferlé dans les quartiers huppés et les rues commerçantes de Khobar pour s'en prendre aux magasins, aux restaurants et aux biens publics. Au moins 80 personnes, dont 14 mineurs, ont été appréhendées par les forces de l'ordre.

Postée sur YouTube par MOOOT07

Les autorités de la province ont infligé avant-hier 30 à 40 coups de fouet à 16 des prévenus, avant même la tenue de leur procès. Une flagellation en forme de "punition administrative", selon le porte-parole des forces de police.

"Les gens ont applaudi ces démarches punitives accélérées"

Mohammad Al-Saeedi vit à Qatif, non loin de la ville de Khobar.

Les avis sont partagés au sujet des jeunes arrêtés et flagellés de façon expéditive. La réaction des juristes est critique mais les gens ont applaudi ces démarches punitives accélérées. La ville ressemblait à une zone de guerre ce soir-là : magasins franchisés saccagés, vitrines brisées, voitures endommagées, des familles et des femmes harcelées....

Ces événements s'étaient déjà produit l'année dernière. Les habitants de Khobar sont excédés. Les jours de fêtes et de victoire de l'équipe nationale de football, ils voient débarquer des jeunes de Riyad qui détruisent tout sur leur passage [ndlr, selon les autorités, les émeutiers sont autant de la province orientale que des visiteurs]. Les distractions ne sont pas nombreuses dans la capitale. C'est une ville désertique et conservatrice. Pendant les vacances, ces jeunes traversent les 400 km depuis Riyad pour venir voir la mer. Ils sont en vacances, sans boulot et sans école. Ils déambulent dans les villes côtières de l'est du pays et déchargent au passage leur agressivité et leur frustration.

Des éléments très probablement islamistes se sont infiltrés dans la foule, l'incitant à s'attaquer aux franchises étrangères en signe de protestation contre leur présence dans le royaume."

Les dégâts dans les rues de Khobar

Photos par Sultan Alsharqiah