CHINE

Grossier plagiat de la télévision chinoise

Le 22 août dernier, la chaîne chinoise CCTV lançait "Soul Window", une "production originale" destinée aux enfants. Mais les internautes ne s'y sont pas trompés. Lire la suite...

Publicité

Image postée ici.

Le 22 août dernier, la chaîne chinoise CCTV lançait "Soul Window", une "production originale" destinée aux enfants. Mais les internautes ne s'y sont pas trompés.

Mêmes coiffures, mêmes regards, mêmes décors... Les fans de mangas ont vite compris la supercherie. Plusieurs scènes des 52 épisodes qui constituent le dessin animé ont plagié "Byousoku, cinq centimètres par seconde" de Makoto Shinkai, un gros succès japonais datant de... 2007.

La chaîne CCTV assure qu'elle n'était pas au courant que ce programme violait des droits d'auteur. Le bureau chinois de la propagande, qui est aussi le producteur de l'émission, avait fait la promotion du programme en insistant sur son côté pédagogique. Il devait, entre autres, donner une leçon de moralité aux enfants.

Lanhai, la société de production chargée de la réalisation du dessin animé, a officiellement répondu à ces accusations. Elle reconnaît que sur 2 500 scènes, environ 1 % sont similaires à celles de "Byousoku" et s'en excuse. L'entreprise assure qu'elle va lancer une enquête afin de "d'identifier les responsables et tirer les leçons de cette affaire".

"'Le Roi Lion' est le cas le plus connu de plagiat d'un manga"

Simon Scaraffiotti est VRP à Annecy et fan de mangas.

Dans le monde du manga tout le monde passe son temps à crier au loup en ce qui concerne le plagiat. Mais il faut faire la différence entre inspiration et plagiat.

S'inspirer d'autres œuvres fait partie de l'histoire du manga. Au début, le style manga s'est inspiré de bandes dessinées et de films occidentaux. Puis le manga japonais, tel qu'on le connaît aujourd'hui, est revenu en Occident, où il a de nouveau inspiré les dessinateurs. L'histoire du livre de science-fiction "Demain les chiens", par exemple, a largement inspiré le manga japonais "Demain les oiseaux". Les Asiatiques reprennent souvent des histoires en ajoutant leurs propres valeurs. Dans ces cas-là, on peut parler d'inspiration.

Par ailleurs dans les mangas, il existe des histoires typiques. Par exemple dans le style Shonem, il s'agit en général du voyage initiatique d'un jeune garçon un peu perdu qui finira par se retrouver. Un scénario qui revient très souvent.

En revanche, dans le plagiat, les histoires, les personnages et de nombreux plans sont quasiment similaires. Les cas les plus connus sont ceux du "Roi Lion", copie conforme du "Roi Léo" [manga d'Osmu Tezuka], ou de "L'Atlantide" de Disney qui n'est qu'un plagiat du manga japonais "Nadia et le secret de l'eau bleu". Pour "Soul Window", seuls quelques détails ont été changés. Les jupes d'écolières japonaises ont été remplacées par des robes d'écolières chinoises, les tableaux ont été enlevés dans le couloir. C'est toujours étonnant de voir qu'on peut plagier aussi grossièrement. Tout le monde sait que le manga s'adresse à un public très pointu et qu'il est difficile de ne pas se faire prendre."

Captures d'écran postées ici.

Le plagiat plan par plan

Posté sur YouTube par MrUhoiiotoko