GABON

Présidentielle gabonaise : premières preuves de fraudes ?

Cette photo vient de nous être envoyée par l'un de nos Observateurs. Il affirme qu'il s'agit d'une fausse carte d'électeur utilisée lors du scrutin de dimanche. Pour le moment, des rumeurs de fraudes circulaient, mais sans preuve à l'appui. Lire la suite...

Publicité

Cette photo vient de nous être envoyée par l'un de nos Observateurs. Il affirme qu'il s'agit d'une fausse carte d'électeur utilisée lors de l'élection présidentielle de dimanche. Pour le moment, des rumeurs de fraudes circulaient, mais sans preuve à l'appui.

Notre Observateur, le blogueur malgache Adriankoto Harinjaka Ratozamanana, a été invité au Gabon par l'un des candidats, Bruno Ben Moubamba, pour couvrir l'élection et repérer d'éventuelles irrégularités. Il affirme que la carte d'électeur de gauche est valide, tandis que celle de droite est une fausse. La différence entre ces deux cartes : le tampon apposé sur le faux ne recouvre pas la photo de l'électeur. Il est donc possible de remplacer la photo pour faire voter plusieurs personnes grâce à un même document.

Sur cette vidéo, tournée devant un bureau de vote du quartier de Venez-Voir à Libreville, un passant explique à Adriankoto comment s'est, selon lui, déroulée la fraude.

Bruno Ben Moubamba dénonce depuis le début de la campagne une élection truquée par le parti au pouvoir, le Parti démocratique gabonais (PDG), et appelle les Gabonais à la "résistance". Il a monté "Les anges gardiens du Gabon", un groupe chargé de surveiller le processus électoral, et s'est associé au projet Ushahidi, qui appelle les Gabonais à dénoncer les irrégularités dont ils sont témoins par SMS.

Attention : ce billet représente le point de vue d'un Observateur sur l'élection, il n'est en aucun cas la preuve d'une fraude massive lors du scrutin de dimanche.

Adriankoto se fait refouler à l’entrée d’un bureau de vote

Le gouvernement a interdit aux journalistes l'accès à certains bureaux de votes.

Un matériel électoral rudimentaire

De nombreux bureaux de votes ont tardé à ouvrir, dimanche, en raison du manque de matériel électoral. Une désorganisation du scrutin dont certains affirment qu'elle visait à décourager les électeurs. Ici, la photo d'un isoloir prise dimanche par Adriankoto.

Un Congolais prétendument arrêté pour avoir tenté de voter au Gabon

Des rumeurs circulent depuis plusieurs jours sur le vote d'étrangers lors de l'élection présidentielle. Notre Observateur Adriankoto explique avoir pris cette photo dimanche dans un bureau de vote de la capitale Libreville. Cet homme serait, selon lui, un Congolais arrêté par la police pour avoir tenté de voter avec de faux documents.

Les faux papiers et la fausse carte d'électeur du Congolais présumé.

Notre Observateur affirme que beaucoup de Gabonais se plaignent du délai trop court - une semaine - accordé par les autorités pour retirer les cartes d'électeurs. Devant les bureaux de vote, des Gabonais mécontents s'étonnaient qu'autant "d'étrangers", notamment des Libanais installés dans le pays, soient parvenus à s'inscrire sur les listes électorales, les accusant d'être manipulés par les autorités. Ce type de rumeur, non confirmée, ajoute à la tension entourant l'élection.

Ecole OPT, quartier de Akebe à Libreville.