Peta, une association américaine de défense des animaux, a diffusé une vidéo des coulisses du plus grand cirque des Etats-Unis, le "Ringling Bross", filmée en caméra caché. Le traitement des animaux y a l'air plus que déplorable, bien loin de la magie du cirque.

Avec ses numéros de zèbres, de chevaux, de tigres et d'éléphants, le cirque des frères Barnum et Bailey, connu sous le nom "Ringling Bross", se présente comme "le plus grand spectacle du monde". Sur son site, la compagnie assure que "son personnel est composé d'experts (...) qui répondent aux besoins physiques des animaux, en leur donnant une alimentation de qualité et en faisant venir régulièrement des vétérinaires, mais aussi à leur besoins psychologiques, en les plaçant dans un environnement stimulant."

Pourtant ces images, filmées par un membre de Peta, infiltré pendant six mois dans le cirque, donne à voir une autre face de la vie des animaux. Avant le spectacle, des éléphants seraient notamment battus, sans raisons apparentes, avec des aiguillons (instrument avec un crochet en métal auquel est sensible la peau épaisse des éléphants).

La compagnie "Ringling Bross" a publié un droit de réponse sous forme de communiqué :  "Après la diffusion de la vidéo de Peta, montée de manière biaisée, la compagnie a fait subir des examens vétérinaires aux animaux qui, comme les 60 analyses effectuées ces six derniers mois, ont conclu que les éléphants étaient en bonne santé."

Peta affirme que si Tonka, l'un des éléphants, se balance de gauche à droite dans la dernière partie de la vidéo, c'est signe que l'animal est déprimé.

"Le spectacle donne l'impression d'être un moment d'humiliation pour les animaux"

Hassan Abdel-Rahman habite à Denver (Colorado). Il est allé voir le cirque "Ringling Bross" et a posté ces photos sur Flickr.

C'était la première fois que j'allais au cirque, et certainement la dernière. Le spectacle donne l'impression d'être un moment d'humiliation pour les animaux. J'étais surpris de voir, dès l'entrée du cirque, des militants pour la défense des animaux distribuant des tracts sur la cruauté des employés.

Le chapiteau est extrêmement bruyant. Les numéros de motos et de pyrotechnique laissent des fumées épaisses sur la piste et les lumières sont très agressives. Je ne vois pas comment un animal ou un humain peut être heureux dans cet environnement. Cette vidéo n'a fait que confirmer mes impressions. 

Cela sonnait vraiment faux de voir ces animaux magnifiques faire des numéros stupides. De là où j'étais, je n'ai pas vu le dresseur faire quoi que ce soit de déplacé mais je me suis posé la question de ce qui arrivait aux animaux avant et après le spectacle. Je ne pense pas qu'ils aient les mêmes équipements que dans les zoos où, au moins, les animaux peuvent s'étendre et avoir une activité quasiment 'normale'. Ils vivent certainement dans des cages et sont trimbalés d'une ville à l'autre."

Le cirque "Ringling Bross". Postée sur Flickr par Hassan Abdel-Rahman.

"Le but, si on veut que l'animal obéisse, c'est de le mettre en confiance"

Georgika Kobann est directeur technique du cirque Gruss et l'époux d'Arlette Gruss. Il est aussi dompteur de lions.

Je ne peux que désapprouver ces méthodes. Ces deux personnes se comportent très mal avec les animaux, c'est une chose, mais il faudrait en savoir plus. Ici, il s'agit d'employés et pas des responsables. On ne sait jamais, ça pourrait aussi être une mise en scène des membres de l'association. De mon côté, j'ai connu certains dresseurs du 'Ringling Bross' et ils étaient très compétents.

Chez nous, les éléphants sont maniés avec beaucoup de précautions, nous utilisons un crochet, comme cela se fait traditionnellement en Inde, mais jamais de façon brutale. C'est simplement un outil pour les guider. Le but, si on veut que l'animal obéisse, c'est de le mettre en confiance. L'apprentissage se fait par la récompense et non par la punition. Et puis n'oublions pas qu'un éléphant mécontent, en un coup de trompe, peut calmer le dresseur pour un bon moment.

En France, les cirques subissent des contrôles vétérinaires dans chaque département. La législation sur les conditions de vie des animaux est très rigoureuse et nous la respectons. Et dès que nous le pouvons, nous les mettons dans des parcs, en extérieur. 

Enfin, la compagnie explique que les animaux qui se balancent sont des animaux traumatisés, mais c'est faux. Même en Inde, ils ont ces comportements au moment de la sieste."