ISRAËL

Crime homophobe au cœur de Tel Aviv, la communauté gay réagit

L’importante communauté gay de Tel Aviv est sous le choc. Samedi soir, un homme a ouvert le feu dans un centre d’aide aux homosexuels, tuant deux personnes et en blessant treize autres. Dans cette ville réputée pour ses mœurs libérales, l’agression a mobilisé la communauté sur le terrain et sur le Net.

Publicité

Rassemblement à Haïfa le 2 août. Publié par ayalanetzer.

L’importante communauté gay de Tel Aviv est sous le choc. Samedi soir, un homme a ouvert le feu dans un centre d’aide aux homosexuels, tuant deux personnes et en blessant treize autres. Dans cette ville réputée pour ses mœurs libérales, l’agression a mobilisé la communauté sur le terrain ainsi que sur le Net.

C’est à l’aide d’une arme automatique qu’un homme masqué a tiré sur un attroupement de jeunes gays et lesbiennes à l’entrée d’un centre de la communauté homosexuelle.

Le centre, dirigé par l’Association gay et lesbienne de Tel Aviv, accueillait une réunion hebdomadaire d’adolescents homosexuels. L’enquête policière n’a pas encore établi l’identité de l’agresseur ni ses motivations. Si celles-ci se révèlent être homophobes, il s’agira de l’agression la plus grave jamais commise en Israël contre la communauté gay.

"Tout homosexuel vivant à l’extérieur de la capitale déménage à un moment donné de sa vie pour y vivre"

Alon Rom est journaliste pour le magazine "Time Out", à Tel Aviv. Il a participé à la manifestation organisée peu après l’agression.

Je me suis dirigé spontanément au centre de la communauté homosexuelle aux environs de minuit. Lorsque les gens ont eu vent de ce qui s’était passé, ils ont afflué vers le centre et appelé via Facebook à un rassemblement de protestation. Vers 1h du matin, entre 800 et 1000 personnes ont participé à une marche depuis les lieux de l’agression jusqu’au principal centre de la communauté gay, en empruntant Allenby Street, la principale avenue de Tel Aviv. Devant le centre, des discours improvisés ont été prononcés. Nous avons eu le sentiment que les gens étaient solidaires de la communauté gay, que nous n’étions pas seuls.

La communauté gay de Tel Aviv est la plus importante d’Israël. Tout homosexuel vivant à l’extérieur de la capitale déménage à un moment donné de sa vie pour y vivre. Du moins, c’est ce que font 80 % des gays israéliens. Depuis la fusillade, les bars gays se sont adaptés aux circonstances. Ils n’ont pas fermé leurs portes, mais pour le moment ils n’organisent pas de grandes soirées. On y joue simplement de la musique pour encourager les gens à se rencontrer et parler de ce qui s’est passé. Une manifestation géante est prévue samedi sur la place Rabin.

Les hommes politiques n’aiment pas être associés à la communauté gay, mais Tzipi Livni, qui a assisté à un rassemblement en hommage aux victimes organisé au lendemain de la fusillade, se comporte différemment et affiche clairement son soutien. En revanche, aucun membre du Likoud n’a participé aux rassemblements, excepté le ministre de l’Education, qui a assisté aux funérailles de l’une des deux victimes et qui s’est rendu sur les lieux de l’agression. Le Premier ministre Benjamin Netanyahou condamne, mais ne prononce même pas le terme gay ou lesbienne [Netanyahou a qualifié le crime d’'affreux' et déclaré devant le conseil des ministres: 'Nous sommes un pays tolérant et démocratique, régi par l'État de droit. Nous nous devons de respecter l'identité de tous', ndlr]. À cela, il faut ajouter les propos farfelus des membres du parti Shass qui ont fait porter, il y a quelques années, la responsabilité des tremblements de terre dans le pays aux homosexuels."

Devant le centre où a eu lieu la fusillade, peu après le drame. Publié le 2 août par Lizzy the Lezzy.

Rassemblement à Tel Aviv au lendemain de la fusillade. Publié le 2 août par Lizzy the Lezzy.

"Je pense que la fusillade est un accident isolé et ne reflète pas une ambiance homophobe à Tel Aviv"

Ruth Selwyn est productrice de films et web designer à Tel Aviv.

Nous sommes choqués par cette agression parce que c’est la première fois que cela arrive à Tel Aviv. Il y a quelques années, des personnes avaient été poignardées durant la Gay Pride à Jérusalem [en 2005, un juif orthodoxe avait poignardé trois participants, ndlr], mais on se sentait en sécurité à Tel Aviv. C’est une ville très libérale où les homosexuels peuvent se tenir tranquillement par la main. Il existe des bars gays, un nouveau centre pour homosexuels ainsi qu’une clinique adaptée à leurs besoins. La communauté est également bien représentée dans les médias et est largement acceptée dans la capitale. Je pense que la fusillade est un accident isolé et ne reflète pas une ambiance homophobe à Tel Aviv.

En revanche, Jérusalem est beaucoup plus conservatrice. La communauté gay y garde généralement un profil bas. Elle organise sa Gay Pride [la marche des fiertés], mais rencontre souvent des problèmes avec les juifs orthodoxes qui n’acceptent pas les homosexuels.

En tant que graphiste sur le Web, j’ai créé il y a trois ans un personnage animé appelé "Lizzy the Lezzy" (Lizzy la lesbienne), parce que je pensais qu’il n’y avait pas assez de contenus audiovisuels adaptés aux lesbiennes et créés par elles. J’ai reçu beaucoup d’encouragements de la part de la communauté gay, mais aussi des commentaires homophobes. J’ai même eu droit récemment à une menace de mort. Mais j’apprends à faire fi de toute cette haine virtuelle et à aller de l’avant."

La marche dans les rues de Tel Aviv peu après la fusillade

Publié le 2 août par Lizzy the Lezzy.

Le rassemblement de dimanche à Tel Aviv en présence de Tzipi Livni

“Nous avons besoin de donner de la force à l’enfant qui vient dire à ses parents : 'je suis gay' ou 'je suis lesbienne'. Ce jour doit aussi donner de la force à tous les membres de la communauté gay pour qu’ils vivent leur vie", dit Livni dans son discours. Publié le 2 août par MrYuvikk

Rassemblement en signe de solidarité à Jérusalem

Publié le 2 août par scotebloke.