TOUR DU MONDE

Les villes fortifiées du monde

Déjà à l’âge de bronze, à l’âge de fer ou même de pierre, les gens fondaient des colonies et vivaient ensemble. Pas par amour de leurs congénères, mais parce que l’union fait la force. Et très vite, des hommes du monde entier ont eu la même idée : renforcer leur habitat à l’aide de fortifications.

Publicité

Vues aériennes des villes de Heusden et Naarden, aux Pays-Bas.

Déjà à l’âge de bronze, à l’âge de fer ou même de pierre, les gens fondaient des colonies et vivaient ensemble. Pas par amour de leurs congénères, mais parce que l’union fait la force. Et très vite, des hommes du monde entier ont eu la même idée : renforcer leur habitat à l’aide de fortifications.

Ce billet a été rédigé par le blogueur américain Avi Abrams. Son blog : "Dark Roasted Blend"

La ville fortifiée de Shibam au Yémen

Les fortifications en bois – puis en pierre et en acier – ont modelé la civilisation humaine. Si vous en doutez encore, regardez la plupart de nos villes, et plus particulièrement les plus anciennes.

Une carte de la ville d’Utrecht de "Toonneel der Steden", publiée en 1652.

Il est parfois facile de repérer les anciennes délimitations des villes fortifiées. Prenez comme exemple la ville d’Utrecht aux Pays-Bas : une vraie carte postale avec ses belles maisons, ses voies d’eau scintillantes, ses espaces verts et ses sentiers qui serpentent dans la cité. Un véritable joyau de la civilisation. Mais la ville d’Utrecht, à l’instar d’autres villes d’Europe, a été construite, à l’origine, comme une forteresse. Une vue aérienne ou une ancienne carte de la ville suffit pour s’en convaincre.

Le mur romain d’origine a été découvert récemment, publié ici.

"The Oudegracht With A View Of The Old Town Hall And The Dom Tower Beyond”, peinture reproduite ici.

A gauche, carte de Bruges, en Belgique (1563). A droite, la Tour à Poudre de Bruges. Photos publiées ici.

Dans d’autres villes, comme Londres ou Paris, l’expansion urbaine a étendu les frontières de la ville, mais si vous regardez de près, vous retrouverez les anciennes murailles et fortifications.

Forteresses des temps modernes

Jusqu’au siècle dernier, certains peuples envisageaient encore leur défense sous la forme de forteresses. La ligne Maginot [à la frontière est de la France], construite durant les années 1920 et 1930, comptait repousser les invasions étrangères en érigeant un système complexe de fortifications formé de tunnels, de bunkers, d’emplacements à canons, de salles hermétiques aux gaz et d’un réseau ferré habilement protégé. Les défenses de la ligne Maginot étaient et demeurent un véritable exploit de l’architecture et de la planification militaire.

Photos publiées ici et ici.

Pourtant durant la deuxième guerre mondiale, la ligne Maginot n’a pas protégé la France des offensives allemandes. En dépit de son architecture complexe et réussie, la ligne était un artefact du passé inadapté aux guerres du XXème siècle.

A l’instar des villes fortifiées, la ligne Maginot apporta une fois de plus la preuve que se cacher derrière les murs était une tactique somme toute inefficace.

Mur moderne au Japon. Source inconnue.

Les symboles de l’architecture défensive

Les meilleurs exemples de l’architecture défensive remontent au Moyen Age. Des villes d’Europe de l’Ouest comme Utrecht, Amsterdam, Berlin, Lucerne ou Winchester ont toutes des fortifications médiévales ou romaines. Mais leurs défenses sont devenues leur handicap. Les citadins se sont rendus compte que leurs remparts ne les protégeaient pas, mais qu’ils éloignaient en revanche leurs voisins bienveillants.

Vue aérienne de Noerdlingen, en Allemagne. Photo publiée par Klaus Leidorf.

Les villes de Noerdlingen (en haut) et Dinkelsbuhl, en Allemagne. La porte de Rothenburg et une vue aérienne. Publiées ici.

Mais bien plus que les vicissitudes du temps et les relations de bon voisinage, c’est l’argent qui a asséné le coup de grâce aux remparts des villes européennes. Avec le développement du commerce et des empires financiers, la guerre est devenue un mauvais investissement. L’expansion urbaine a élargi les frontières des villes et il était désormais impossible de les défendre avec des fortifications coûteuses en temps et en argent.

La ville fortifiée de Carcassonne, en France. Photos publiées ici et ici.

La ville fortifiée de Lahore, au Pakistan, qui remonte à l’an 2000 avant Jésus-Christ et possède 13 portes. Photo publiée ici.

San Juan, à Porto Rico (à gauche), et St. Augustine, en Floride (à droite, la plus veille ville des Etats-Unis construite par les Espagnols sous le nom de Castillo de San Marcos, 1672). Publiées ici et ici.

Les villes fortifiées de Lucca, en Italie, et une autre sur une colline en Toscane. Publiées ici.

L’Europe de l’Est, par contre, n’a pas connu ce luxe. Les remparts de certaines villes fortifiées de l’Europe de l’Est ont survécu des siècles, voire des millénaires.

L’un des joyaux de l’Adriatique est la ville de Dubrovnik, aujourd’hui située en Croatie. Réputée pour son charme, cette ville fortifiée est l’une des mieux conservées au monde. Aujourd’hui encore, les fantômes de son glorieux passé hantent ses tours et ses grandioses remparts .

Dubrovnik. Photos publiées ici, ici et ici.

La ville espagnole de Cuenca nous offre un autre bel exemple d’une ville fortifiée. Classée récemment au patrimoine mondial de l’Unesco, cette ville est une énorme citadelle, avec ses fortifications, ses églises, ses fameuses maisons suspendues et autres trésors architecturaux.

Cuenca en Espagne. Photo publiée ici.

Cuenca en Espagne. Photo publiée ici.

Eloignons-nous à présent de l’Europe pour nous rendre à Bakou, en Azerbaïdjan, autre ville fortifiée classée au patrimoine mondial de l’Unesco. Si les fortifications de cette ville ont résisté à des générations d’assaillants, elles s’effondreront peut-être à cause des dommages causés par le tremblement de terre de 2000, mais aussi, et surtout, en raison de la négligence de ses habitants.

Bakou, Azerbaïdjan. Photo publiée ici et ici.