Image : "knbeyers" sur Flickr.

 

Selon une étude commandée par un voyagiste, les Français sont les touristes européens les moins aimés par les hôteliers. Du Niger au Liban, nos Observateurs nous racontent quelques anecdotes sur les "Frenchies" en vacances.

L'étude, commandée par Expedia.fr à l'institut de sondage TNS Infratest, a été menée auprès de 40 000 employés d'hôtels en Europe et en Amérique du Nord. Sur les 27 nationalités évaluées, les Français arrivent dans le peloton de tête des touristes les plus désagréables, juste devant les Chinois et les Indiens. Ils sont accusés d'être radins, impolis et de ne pas parler de langue étrangère, même si les hôteliers reconnaissent qu'ils sont, en général, discrets, bien habillés et organisés.

Les touristes les plus appréciés sont les Japonais, qui arrivent en tête du palmarès pour la troisième année consécutive. Les Canadiens, les Allemands et les Britanniques sont également bien notés - les Anglais étant loués pour leur calme et leur goût vestimentaire (ce qui peut surprendre...). les Américains arrivent à la 11e place : ils traînent la réputation d'être des touristes bruyants, mais qui tentent de parler la langue du pays et qui sont généreux en pourboires.

Vous avez une anecdote à raconter sur des touristes français ?

NIGER : "Les Français discutent beaucoup les prix, mais ils s’intéressent à nos vies"

Oumarou Ibrahim tient une boutique d'artisanat touareg à Niamey.

Les Français discutent beaucoup les prix. Plus que les autres. On est habitué, car ici on n'affiche pas les prix comme chez eux. Mais parfois c'est trop. J'ai même des Français qui me proposent de troquer des objets à eux contre mes bijoux. Une fois, l'un d'entre eux m'a proposé une paire de jumelles contre plusieurs produits de ma boutique. Qu'est-ce que je ferais d'une paire de jumelles ? Je ne sais même pas m'en servir !

Ceci dit, je trouve aussi que les Français sont ceux qui s'intéressent le plus à nous. J'ai reçu plusieurs fois des invitations en France et des propositions pour m'aider à commercialiser mes produits là-bas. Certains expatriés français de Niamey reviennent régulièrement dans ma boutique, dès que j'ai de nouveaux produits. Ils me donnent même des idées de bijoux à concevoir. Les Allemands ne discutent pas les prix, mais en général ils ne s'intéressent pas à nos vies.

FRANCE : "Un Français a demandé à être remboursé parce que la piscine intérieure était vide en été !"

Nicolas est guide-interprète à Paris.

J'ai surtout eu à faire avec le touriste français moyen, qui voyage à bas prix. Donc je ne veux pas généraliser. Mais, dans l'ensemble, c'est vrai qu'ils ne sont pas les plus agréables.

Avec eux, on a très souvent des demandes de remboursements, pour des prétextes parfois ridicules. Je me rappelle par exemple d'un groupe de touristes en Tunisie. Ils avaient pris un séjour d'une semaine dans un hôtel quatre étoiles pour seulement 1 500 francs [230 euros]. Ils étaient au bord de la mer et avaient une grande piscine extérieure. Et bien j'en ai un qui, à la fin du séjour, a demandé à être remboursé intégralement parce que la piscine intérieure était vide. On était en été : à quoi pouvait bien lui servir une piscine intérieure !!!

Et puis j'ai remarqué que les Français n'hésitent pas à faire des remarques impolies à haute voix. Une fois, j'avais des Indiens et des Français dans le même groupe. Les Français ont fait tout un tas de réflexions, du style "Ils en mettent partout en mangeant" ou "Ils se reproduisent vite ceux-là", en parlant de leurs enfants.

LIBAN : "Ils corrigent constamment mon français quand je leur donne des explications"

Rania Wahab organise des visites historiques pour l'agence de voyage Wild Discovery au Liban.

Je respecte les Français parce qu'ils s'intéressent à l'Histoire, ce qui est rare. Mais ils pensent toujours en savoir plus que vous. Alors que les Espagnols écoutent respectueusement, les Français sont certains qu'ils savent déjà tout. Une fois, durant une visite du temple de Baalbek, une touriste m'a dit que mes explications sur les ruines étaient fausses. Elle me disait qu'elle se rappelait avoir lu une version différente dans un livre, et elle ne m'a pas lâchée jusqu'à ce que je me fâche et que je refuse de parler avec elle.

Et puis, ils corrigent constamment mon français, m'interrompent toutes les deux minutes pour me dire que j'ai fait une erreur de grammaire ou que j'ai mal utilisé un mot. Ce type de commentaire sape vraiment votre confiance."