ISRAEL

Time Out choque les musulmans et la communauté homosexuelle

La couverture du magazine israélien Time Out consacrée la semaine dernière à la Gay Pride, la parade des homosexuels et des transsexuels, a fait scandale dans le pays. On y voyait des musulmans agenouillés en train de prier, de dos, avec ce titre : "Vous voyez une menace, nous voyons une opportunité". Peut-on aller aussi loin dans la provocation ?  Lire la suite...

Publicité

La couverture du magazine israélien Time Out consacrée la semaine dernière à la Gay Pride, la parade des homosexuels et des transsexuels, a fait scandale. On y voyait des musulmans agenouillés en train de prier, de dos, avec ce titre : "Vous voyez une menace, nous voyons une opportunité" (nous avons décidé de ne pas publier cette couverture, reproduite ici). Peut-on aller aussi loin dans la provocation ?

Les éditeurs de Time Out pensaient avoir fait un titre humoristique sur la Gay Pride du 12 juin. Mais cette couverture n’a pas fait sourire tout le monde. Plusieurs associations homosexuelles israéliennes et palestiniennes, ont réagi, dans un communiqué commun, qualifiant la une de raciste et d’homophobe. Elles se sont dites choquées par les connotations associées au mot "opportunités" : "De quelle opportunités s’agit-il ? de bai*** l’islam ? de bai*** les

musulmans ? Parce qu’ils sont ‘une menace’ ? ou parce qu’ils sont ‘exotiques’ ? Ou est-ce là une opportunité de ‘bai*** l’ennemi’ en lui assénant un coup dans le dos alors qu’il fait sa prière ?"

Le magazine a présenté ses excuses "à tous ceux et celles qui ont été offusqués" par leur couverture. Son rédacteur-en-chef, Itay Valdman, a expliqué à l’équipe des Observateurs que l’objectif était de "tourner en dérision les positions islamophobes et homophobes largement répandues". Et d’ajouter qu’"à l’évidence nous ne détestons ni les musulmans, ni les homosexuels. Nous aimons simplement rigoler et nous sommes surpris de voir que ce qui nous fait rire suscite chez d’autres la colère".

"Une blague qui parle de sodomiser ‘l’ennemi’ ça ne peut que passer mal"

John Aravosis, vit à Washington DC et milite pour les droits des homosexuels aux Etats-Unis. Il blogue sur Americablog.

Je trouve cette couverture hilarante. Elle peut se lire à tellement de niveaux, c’est un vrai oignon ! Mais je comprends pourquoi certains l’ont trouvé offensante, ce n’est pas injustifié. Une blague qui parle de sodomiser ‘l’ennemi’ (dans le contexte actuel entre Israël et les pays Arabes) ça ne peut que passer mal. Même si Time Out voulait tordre le cou à des stéréotypes homophobes et islamophobes, ils y vont un peu fort.

 

La situation au Proche Orient est si tendue que les gens de Time Out, qui plus est des Israéliens, savaient très bien qu’ils marchaient sur des œufs. Aucune religion n’est très douée pour accepter des blagues à ses dépens. C’est clairement de la provocation, et ça peut être dangereux.

Je comprends moins, par contre, que des groupes Gay et Lesbiens aient été choqués. La principale raison, à mon avis, c’est que Time Out n’est pas un magazine gay : pour certains, les hétéros n’ont pas le droit de faire des blagues sur la sexualité homosexuelle. C’est un peu comme les blancs qui n’auraient pas le droit de faire des blagues sur les noirs. Les associations homos se sont peut être aussi mobilisées parce que, c’est vrai, cette couverture n’avance pas la cause des homosexuels dans le Proche et Moyen Orient.

Cette photo me fait penser aux Caricatures de Mahomet qui avaient provoqué autant de haine : quand une image est trop provocatrice, parfois, son message se perd".

"Il ne faut pas que les médias s’autocensurent pour éviter de heurter la susceptibilité exacerbée de certains"

Samir Barkachi est membre de l'association marocaine « Kif kif » qui milite pour les droits des homosexuels.

Je suis Musulman croyant et homosexuel, mais sincèrement je ne trouve pas cette couverture si choquante. Je ne pense pas que c’était une attaque délibérée contre la communauté musulmane, encore moins contre la communauté gay. De plus, j’ai cru comprendre que Time Out avait présenté des excuses et expliqué que leur objectif n’était pas d’offenser qui que ce soit.

Il y a une sensibilité parfois excessive de la part de beaucoup de secteurs dans le monde Musulman, qui semblent penser qu’il y a un complot permanent contre l’Islam de la part des Juifs et de l’Occident. En tant que Marocain, je côtoie et travaille avec les Juifs de mon pays tous les jours, et je sais que ce n’est pas vrai. Il ne faut pas que les médias s’autocensurent pour éviter de heurter la susceptibilité exacerbée de certains.

J’aimerais souligner qu’Israël est le seul pays du Proche et Moyen Orient à accorder une égalité des droits quasi-totale aux homosexuels. En Iran, les homosexuels sont pendus aux grues. Ça, ça me choque beaucoup plus que cette image.

A mon avis, ceux qui s’insurgent contre cette image sont les mêmes fondamentalistes religieux qui, par ailleurs, prônent la haine des homosexuels (mais aussi des juifs, des chrétiens, des autres courants de l’Islam). C’est profondément hypocrite".

"Je trouve cette couverture provocatrice et islamophobe"

Charbel El Maydaa vit à Beyrouth. Il est assistant médico-social au centre Helem qui milite pour les droits des homosexuels et transsexuels au Liban.

Je trouve cette couverture provocatrice et islamophobe. Elle manque de respect à une communauté en raison de sa façon de prier. Si l’objectif est de lever la barrière entre religion et homosexualité, il est clair qu’il n’a pas été atteint.

Cette couverture est une violation de la liberté de croyance et porte atteinte à la religion musulmane. Si Time Out estime que les musulmans constituent une menace, j’estime, pour ma part, que c’est la mauvaise utilisation de la photo qui constitue la véritable menace.

Si nous voulons que la religion accepte l'homosexualité, il faudra être prêt d’abord à accepter les religions. Mélanger de cette façon provocatrice religion et homosexualité ne sert pas la cause des homosexuels".