Montrer la peau nue d'une femme est interdit en Arabie saoudite, que ce soit sur un CD ou l'emballage d'un savon. Les produits "immoraux" ne sont pourtant pas interdits à l'importation. Le gouvernement s'attache donc les services d'une armée d'agents de la police religieuse qui, marqueur en main, passent leurs journées à rhabiller les pin-up des magazines.

"Quels suprêmes sacrifices ces nobles policiers ne feraient-ils pas pour le salut de leurs concitoyens !"

Susie, 57 ans, est une blogueuse d'origine américaine. Mariée à un Saoudien, elle vit depuis près de deux ans à Jeddah, en Arabie saoudite. Elle a posté ces photos sur son blog Susie's Big Adventure, qui vient d'être censuré par les autorités saoudiennes

La moralité des citoyens étant de la plus haute importance, toutes les mesures sont prises pour s'assurer que les gens se comportent de façon irréprochable. Mais, malgré leurs efforts, il y a des ratés.

Le porc, sous toutes ses formes, est interdit. De même que la pornographie. Dès qu'un centimètre de la peau d'une femme apparaît dans un livre, un magazine ou sur l'emballage d'un produit, il est systématiquement censuré. Ils vont jusqu'à arracher les pages "sulfureuses" des magazines.

Parfois, le corps entier de la femme est gribouillé au marqueur, comme sur la photo de cet emballage de ceinture pour femme enceinte. Mais la censure peut être plus soignée. Dans ce cas, seules les parties du corps de la femme considérées comme choquantes sont noircies.

L'autre soir, je suis allée dans un magasin de disques acheter des CD pour mon fils, Adam. Je voulais notamment "One of the Boys" de la chanteuse Katy Perry. Lorsqu'il a ouvert le boîtier, nous sommes tombés des nues. Je n'avais pas remarqué, mais le film de protection en plastique du CD neuf avait été remplacé.

Le gouvernement saoudien paie des agents de la Commission pour la promotion de la vertu et la prévention du vice (CVPVP) pour enlever l'emballage plastique des CD, ouvrir la boîte, retirer les photos et colorier au marqueur, minutieusement, sans dépasser, toutes celles qui montrent des parties du corps féminin jugées choquantes. Les agents de la CVPVP sont appelés les Muttawa. Leur rôle est de s'assurer que les citoyens suivent strictement les instructions de l'islam, notamment en ce qui concerne les vêtements, les rapports sociaux, la moralité et la prière. On en compte environ 10 000, répartis dans 500 centres sur tout le territoire. [...] Quels suprêmes sacrifices ces nobles gens ne feraient-ils pas pour le salut de leurs concitoyens !"

 

La couverture d'un album de la chanteuse américain Jennifer Lopez, avant et après. Posté par "moaksey" sur Flickr . 

Les magazines de robes de mariée n'échappent pas non plus au coup de la censure. Posté par Omar Chatriwala.