ITALIE

Abruzzes : vivre après le séisme

Publicité

Fred Marillaud, s'est rendu dans les Abruzzes en tant que volontaire avec une association de voyageurs. Son reportage n'a pas été édité ou vérifié par les journalistes de France 24.

Six semaines après le séisme qui a frappé la région de l'Aquila de brèves secousses rappellent quotidiennement que la zone reste sensible. Entre la perte d'êtres chers ou l'anéantissement d'une vie de travail pour les plus anciens, la douleur reste vive pour la population locale. Les sans-abris qui vivent "provisoirement" dans les camps de tentes bleues cohabitent avec la protection civile et les volontaires.

Ils sont 500 répartis en 3 campements, disposant de sanitaires collectifs nettoyés tous les jours. Divers services et équipements leur permettent de se retrouver pour discuter: machines à café, services postaux et bancaires, machines a laver.

Les terrains de sports sont utilisés par les organismes d'animation pour les enfants. Le quotidien est rythmé par les trois repas journaliers servis avec le concours des équipes de la protection civile italienne. Des bus permettent de se rendre gratuitement, sur demande, à l'Aquila ou au centre commercial. Le tri de l'impressionnant stock de dons de produits de consommation courants nécessite la participation de volontaires. Quelques écrans LSD retransmettent en continue les programmes télévisuels, comme par exemple les matches de foot si chers aux italiens et les messes du Pape."

Eglise en reconstruction à Paganica.

La camp numéro 1.

Danse avec les enfants le 9 mai.

Les stocks de produits (aliments, vêtements) avec trois volontaires venus de Rome

Tente cantine avec deux volontaires, le plus âgé des réfugiés et deux enfants. 

Des pompiers durant le barbecue du 9 mai.