Liban

Le groupe chiite armé qui fait marrer les Libanais

Les vidéos d’un obscur groupuscule armé circulent sur le Net. La "Résistance islamique arabe" se présente comme une force armée chiite concurrente du Hezbollah au Liban. Lorsqu’on les regarde s’entraîner, on peut en douter...

Publicité

Les vidéos d’un obscur groupuscule armé circulent sur le Net. La "Résistance islamique arabe" se présente comme une force armée chiite concurrente du Hezbollah au Liban. Lorsqu’on les regarde s’entraîner, on peut en douter...

La promotion des femmes kamikazes

Photos postées sur le site mokawamaLa symbolique du Hezbollah est méticuleusement copiée : la promesse de combattre Israël, la bénédiction du secrétaire général au début de chaque manœuvre, les combattants en treillis et portant un bandeau marqué du nom du parti, le drapeau jaune et vert arborant fièrement une kalachnikov…

Les vidéos de cette nouvelle organisation armée suscitent davantage de moqueries que d’inquiétudes de la part des sympathisants du Hezbollah. Le secrétaire général, Mohammed Ali al-Husseini, est affublé sur la Toile des pseudonymes de Don Quichotte ou de Rambo. Ses combattants, que l’on voit descendre en rappel des façades d’immeubles - de 3 mètres de haut -, sont quant à eux appelés les "peaux rouges" en raison de leur maquillage de camouflage.

Le mouvement affirme se démarquer clairement de son rival chiite. Il affiche, par exemple, son intention de boycotter les élections législatives libanaises, prévues le 7 juin prochain, qu’il considère ternies par un "recours massif à l’argent ". Le groupuscule annonce ensuite, photos à l’appui, avoir grossi ses rangs avec une première promotion de femmes djihadistes, toutes cachées derrière des tchadors noirs.

Al-Husseini ne craint pas les incohérences. Quelques mois avant la publication de ses vidéos guerrières, il affirmait, dans sa profession de foi en janvier 2009, que sa formation se rangeait dans le camp des "modérés indépendants soucieux de travailler avec tous les régimes arabes". En signe d’ouverture, il publiait même sur son site son numéro de portable ainsi que son adresse électronique. Un geste inconcevable pour un chef de groupe armé qui dit lutter contre Israël (Hasan Nasrallah, recherché par l’armée israélienne, ne vit que dans des lieux tenus secrets).

Autre incohérence de taille. La "Résistance islamique arabe" continue de publier ses vidéos d’entraînement, alors qu’elle a annoncé dans un communiqué du 9 mai qu’elle suspendait ses activités militaires, indiquant que le groupe était déjà "suffisamment préparé pour combattre l’ennemi ".

La Résistance islamique arabe en manoeuvre