RÉSEAU SOCIAL

Faire du buzz pour trouver un boulot

Ils sont à la recherche d'un emploi, ils sont prêts à tout pour se vendre sur le marché du travail et décrocher un job. Ils ont donc choisi de mettre toutes leurs chances de leur côté en utilisant les réseaux sociaux (Facebook, LinkedIn, Viadeo, Twitter) pour mettre en ligne des CV et des vidéos originales susceptibles de créer du buzz. Mais est-ce que ça marche vraiment à tous les coups ? Décrochent-ils des rendez-vous ? Trouvent-ils un job ?

Publicité

Ils sont à la recherche d'un emploi, ils sont prêts à tout pour se vendre sur le marché du travail et décrocher un job. Ils ont donc choisi de mettre toutes leurs chances de leur côté en utilisant les réseaux sociaux (Facebook, LinkedIn, Viadeo, Twitter) pour mettre en ligne des CV et des vidéos originales susceptibles de créer du buzz. Mais est-ce que ça marche vraiment à tous les coups ? Décrochent-ils des rednez-vous ? Trouvent-ils un job ?

"J'ai refusé deux offres"

Sur sa page Facebook, le Français Nicolas Catard indique "In-between jobs" pour la catégorie Activités. Pourtant, il y a deux semaines, ce chef de projet a trouvé un job, notamment grâce à un clip ("Je veux un job") qu'il a réalisé lui-même avant de l'envoyer à tous ses contacts des réseaux sociaux.

Stivostin - Je Veux Travailler

envoyé par lolaken. - Clip, interview et concert.

En janvier, j'ai été recruté par Microsoft pour un poste qui, je l'ai vite compris, ne m'intéresserait pas. J'ai donc décidé de laisser courir la période d'essai et de chercher du boulot pendant ce temps-là. J'avais un seul objectif : trouver un job avant le mois de mai. Et je savais que je devais trouver une idée originale pour y arriver.

Le 21 mars, je l'ai trouvée. Je voulais écrire une chanson qui s'appellerait "Je veux travailler". J'ai composé le texte et la mélodie. Je me suis alors donné un mois pour monter le projet. Je me suis filmé avec mon appareil numérique, j'ai fait le montage sur mon ordinateur. Et le 20 avril à 17h26 [comme je le raconte dans ma deuxième chanson "J'ai trouvé un job"], je postais la vidéo sur DailyMotion. J'ai ensuite posté le lien sur ma page Facebook, je l'ai envoyé à tous mes contacts sur LinkedIn, Viadeo, etc.

Le buzz a été immédiat. Tous mes amis ont trouvé ça marrant ! Plusieurs médias se sont vite emparer de ma vidéo. "Courrier Cadres" [magazine d'économie, NDLR] en a fait la une de son site Internet. L'article a été repris par plusieurs blogs, des sites d'emplois, etc. Il y a eu du buzz en France - DailyMotion l'a mise en une de son site - mais on en a même entendu parler à l'étranger, au Canada, en Suisse, en Belgique, en Espagne, en Pologne. Mon premier défi a été réussi : j'ai monté ce projet en moins d'un mois. Il fallait maintenant relever le deuxième : trouver du boulot d'ici début mai.

J'ai eu une vingtaine d'entretiens et j'ai refusé deux offres. Aujourd'hui, je travaille chez Kewego. Je leur avais envoyé mon CV avant de faire ce clip, mais il avait été rangé dans la pile avec les autres... Le buzz m'a permis de sortir du lot. Mais attention, cela ne m'a pas permis de décrocher un boulot. Cela m'a juste permis d'avoir des entretiens. Dans un second temps, j'ai dû me vendre. Bien sûr, au début de l'entretien, on parle de la vidéo cinq minutes, mais ça ne fait pas tout.

Aujourd'hui, j'ai refait une vidéo pour dire que j'avais décroché un boulot ["J'ai un job"]. DailyMotion l'a encore mise en une de son site. Beaucoup de gens au chômage, qui m'avaient félicité pour mon idée, ont participé au deuxième clip. En revanche, je conseille aux personnes à la recherche d'un emploi de trouver une autre idée. Le principe du buzz, c'est que ça ne marche qu'une seule fois. Si je m'étais vendu sur eBay comme le jeune chômeur d'il y a quelques mois, ça n'aurait pas marché."

Stivostin - "J'ai trouvé un job"

envoyé par lolaken. - Regardez plus de clips, en HD !

"Malgré le buzz, personne ne m'a embauché"

Le Français Yu-Yan Cheung a tenté de se vendre sur Internet en réalisant un CV-vidéo qu'il a posté sur sa page Facebook. Buzz assuré mais il n'a pas trouvé de boulot pour autant.

CV-vidéo : Un job pour Yu-yan !

envoyé par Unjobpouryu. - Plus de vidéos fun.

J'ai posté mon CV-vidéo sur Internet l'été dernier, que j'ai ensuite mis en ligne sur une page Facebook "Un job pour Yu-yan !". J'ai aussi contacté des blogueurs et j'ai eu un bon retour. Ils ont trouvé ma démarche sympa. Je me suis retrouvé sur des sites de divertissement. Résultat : j'ai été un des premiers CV-vidéos à faire du buzz. C'est ce que je voulais en fait, je voulais montrer que j'étais capable de faire du buzz.

La vidéo ? Cela m'est venu spontanément. Aujourd'hui, c'est un outil indispensable dans notre vie de tous les jours. Internet, je suis né avec. J'ai écrit le scénario et les textes. Puis, j'ai été aidé pour la vidéo par des amis réalisateurs. J'ai profité de mon réseau....C'est le système D !

J'avais déjà connu la recherche d'emploi, les difficultés des démarches, etc. Souvent, pour avoir un résultat nul. Donc, je me suis dit qu'au lieu d'aller vers les gens pour rien, je vais faire venir les gens que j'intéresse. J'ai donc cherché à me vendre le mieux possible. On est un produit sur le marché. Mais je ne voulais pas devenir un objet de foire pour autant.

Côté professionnel, je n'ai eu que des propositions pour des postes de commerciaux. Cela ne m'intéressait pas. En parallèle, j'avais quand même envoyé des candidatures classiques. Mais en marketing, j'ai fait chou blanc. J'ai eu beau faire un CV original, quand tu rentres pas dans la case, personne ne t'embauche.

En fait, faire ce CV-vidéo m'a permis de savoir que le marketing, c'est pas fait pour moi ! Quand j'ai fait le CV-vidéo, je voulais le faire 'fun' car je voulais rentrer dans une boîte jeune et sympa. Au final, ça m'a permis de me révéler et de me rendre compte que j'avais plus un profil créatif. Résultat, aujourd'hui, j'ai changé de voie, je travaille dans une agence de communication. Pour cela, j'ai dû refaire un book, changé de CV. Je suis en stage depuis trois mois. Je leur ai montré mon CV-vidéo et... ils ont tout de suite aimé !" 

"Mon CV est sur tous les sites de réseaux sociaux"

Didier Lahely est à la recherche d'un emploi depuis deux ans. Directeur artistique français, il utilise tous les sites connus de son milieu professionnel... sans succès pour l'instant. Les entreprises françaises ne sont pas encore familiarisées avec cet outil...

J’utilise les sites connus de mon milieu professionnel, comme Twitter, Doyoubuzz , VisualCV, Facebook, Viadeo et mon blog  pour faire mon auto-promotion et ainsi accroître ma visibilité auprès d’éventuels recruteurs, de chefs d’entreprise... Être sur ces sites ne constitue pas une finalité, c'est juste un moyen.

Bien sûr, il ne s'agit pas de seulement déposer son CV sur ces sites, il faut également tisser des liens, avoir des contacts auxquels envoyer vos liens et contribuer en écrivant des articles... Bref, se faire remarquer. Sinon votre CV sur Twitter ou autre ne servira à rien. Personnellement, je passe douze heures par jour sur Internet.

Mais je voudrais préciser que, étant donné mon domaine (publicité, communication, édition, design, Internet), je me dois d’être au goût du jour et donc d’utiliser des outils comme Internet, les réseaux sociaux ainsi que d'autres possibilités. Mais j’imagine que pour un poste de comptable, c'est beaucoup moins judicieux d'employer les mêmes techniques...

Il y a cependant plusieurs bémols à ce genre de sites... Twitter est majoritairement utilisé par des profils anglophones ; il n'a été "découvert" que récemment en France, notamment avec un reportage sur France 2... Moi, je l'utilise depuis plusieurs années. Je crains que les chefs d'entreprises français ne connaissent absolument pas cet outil, beaucoup moins qu’aux Etats-Unis. Déjà aux Etats-Unis, 25 jeunes sur 101 connaissent Twitter, c’est ce que j’ai vu dans un reportage qui se passe sur un campus américain .

 

Mais Twitter ne fonctionne pas en France... Pas encore, du moins. Seuls les "geeks" connaissent ce genre d'outils et l'utilisent. Je ne reçois donc aucune sollicitation. En France, le mode de recrutement reste très traditionnel : envoi de lettres créées sous Word, recommandations... Mais je recherche à l’international, donc je poursuis ma démarche, bon gré mal gré."