D'où vient la grippe A (H1N1) ? Pour les habitants de La Gloria, où le premier cas de grippe a été diagnostiqué, l'usine située à quelques kilomètres de leur village, d'où sortent 950 000 cochons par an, pourrait être responsable. Un blogueur local s'est introduit dans l'usine.

La grippe A (H1N1) (grippe porcine) est toujours un mystère pour les scientifiques. Et l'origine du nouveau virus, qui semble être un savant mélange de virus aviaire, porcin et humain, reste, pour l'heure, inconnue.

Plusieurs hypothèses sont avancées quant à l'épicentre de l'épidémie. L'une d'entre elles pointe le petit village de La Gloria, où le premier cas de contamination par la grippe A (H1N1) a été identifié. C'était il y a  un mois et le malade, Edgar Hernandez, aujourd'hui rétabli, a 5 ans. Peu après lui, 800 habitants de ce village ont été victimes des mêmes symptômes. Or ce village n'est qu'à quelques kilomètres de "Granjas Carroll" , une gigantesque usine d'élevage de porcs, premier fournisseur des Etats-Unis, dont la multinationale Smithfield Foods détient la majorité des parts.

Depuis plus de cinq ans, les habitants se plaignent de la pollution provenant de l'usine. Aujourd'hui, ils font le lien entre l'insalubrité de la zone de la ferme et l'origine de la grippe A (H1N1). Sachant qu'environ la moitié d'entre eux travaillent à Mexico pendant la semaine, cette hypothèse expliquerait la propagation du virus à la capitale. Toutefois, l'entreprise Smithfield récuse catégoriquement cette version des faits, arguant qu'aucun porc n'a été diagnostiqué malade de la mystérieuse grippe, et que par conséquent aucune contamination n'aurait pu provenir de ses animaux. 

"Les porcs étaient malsains […] parce qu’ils étaient surnourris de force et obligés à boire dans une source qui contenait leur propre sang et excréments"

César Augusto Vazquez Chagoya, de  Velacruz, tient le blog EnlaceVeracruz212.

L'usine américaine est installée dans la vallée de Perote depuis 1994. Un peu moins de dix ans après sa construction, les habitants des environs de ‘Granjas Carroll' ont appris qu'en Virginie, Etat d'origine de la compagnie, celle-ci avait été impliquée dans une grosse affaire de pollution qu'elle avait tenté de couvrir lors du procès.

Les locaux ont alors commencé à s'interroger sur les liens éventuels entre l'installation de l'usine et la contamination des sources d'eau des alentours, ainsi que la recrudescence des maladies dans cette zone de 30 000 personnes. Malgré les protestations et le soutien de groupes de défense des droits de l'Homme, rien n'a été fait. D'autant que la compagnie s'était assurée la protection des autorités fédérales et régionales. Celles-ci assuraient que l'usine était tellement avancée d'un point de vue technologique qu'il n'y avait aucun risque de contamination dans cette zone. Ce qu'ils ont oublié de dire, c'est que les porcs étaient malsains, et ceci parce qu'ils étaient surnourris de force et obligés à boire dans une source où se retrouvaient leur sang et leurs propres excréments."

 

Les lacs où sont acheminés par des tuyaux les excréments et le sang des animaux.

Un cochon mort pourrit près du lac.

Des cadavres de cochons abandonnés à l'extérieur.

Des cadavres de cochons empilés sur un chariot avant d'être emmenés.

Le biodigesteur. Selon l'entreprise, cette installation produit de l'énergie et de l'engrais au moyen de déchets provenant de l'élevage intensif du bétail. Au-dessus, les carcasses de porcs entassées dans le compartiment. En-dessous, le liquide, après décomposition, qui servira à produire de l'électricité.

Des tonneaux infestés de microbes.  Sur le zoom, on voit que le tonneau est recouvert de mouches.

Lire le billet de blog complet  (en espagnol).