États-Unis

Des "Tea Parties" contre les impôts d’Obama

Le 15 avril, les Américains remplissent traditionnellement leur déclaration d'impôts. Mais cette année, en cette date symbolique, des milliers de manifestants ont aussi prévu de se réunir pour protester contre la politique fiscale et les dépenses du gouvernement Obama en organisant des "Tea Parties" à travers les Etats Unis.

Publicité

Le 15 avril, les Américains remplissent traditionnellement leur déclaration d'impôts. Mais cette année, en cette date symbolique, des milliers de manifestants ont aussi prévu de se réunir pour protester contre la politique fiscale et les dépenses du gouvernement Obama en organisant des "Tea Parties" à travers les Etats Unis.

Tout a commencé le 19 février quand Rick Santelli, présentateur sur CNBC, s'est mis à pester contre  la nouvelle administration et ses plans de relance, arguant que les Pères fondateurs devaient "se retourner dans leur tombe". Lors de son discours enflammé, le présentateur a lancé l'idée d'une "Tea Party" à Chicago, en référence à la Tea Party organisée en 1773 dans le port de Boston. Un groupe d'Américains avait jeté par-dessus bord 45 tonnes de thé provenant des navires anglais, pour protester contre les taxes imposées par le gouvernement britannique sur ses colonies américaines.

Une fois lancée, l'idée a largement circulé sur le Net. Trois organisations conservatrices nationales, "Don't Go Movement", "Top Conservatives" et  "Smart Girl Politics" ont décidé de se réunir pour organiser une première"Tea Party" le 27 février. L'évènement a rassemblé 30 000 personnes venues du pays entier. Depuis, le mouvement n'a cessé de prendre de l'ampleur. Une seconde journée de mobilisation est prévue pour le 15 avril, le jour de la déclaration d'impôt.

Aux Etats-Unis, les impôts constituent  moins de 30 % du PIB, ce qui en fait un des pays industriels les moins taxés, la moyenne en Europe étant de 38 % du PIB. Alors pourquoi certains Américains ont-ils l'impression de payer trop de taxes ? Une Observatrice conservatrice nous explique ses raisons.

Le marketing "Tea-Party"

Sur le T-shirt blanc: "On est déjà assez taxés", et sur le T-shirt noir: "Faîtes la fête comme en 1773".

 

Un thé "révolutionnaire" estampillé du drapeau à treize étoiles, représentant les treize anciennes colonies britanniques aux Etats-Unis. 

"Beaucoup de ceux qui ont voté Obama n'avaient pas compris les conséquences fiscales de leur vote"

Juliana Johnson est directeur de la communication nationale des "Tea Parties" de la journée de déclaration d'impôt.

Le mouvement des 'Tea Parties' a été lancé en réaction à plusieurs problèmes, notamment les réformes fiscales, le plan de relance fédéral et la dette nationale. Cette année le gouvernement fédéral a dépensé 3,9 trillions de dollars. C'est plus que l'ensemble des dépenses fédérales jusqu'en 1979, c'est-à-dire 185 années de dépenses ! Même si vous prenez en compte l'inflation, c'est énorme.

Notre mouvement rassemble des gens d'horizons très divers, ayant des opinions différentes. L'idée qui nous fédère est celle qu'il ne faut pas venir en aide aux entreprises privées. Si vous n'arrivez pas à gérer votre entreprise, que vous faites du mauvais boulot, alors c'est normal que vous mettiez la clef sous la porte.

Obama prélève des taxes sur ceux qui gagnent beaucoup d'argent, et nous pensons que c'est contre-productif : ce sont ces gens-là qui créent des emplois.

En plus, l'argent collecté n'est même pas utilisé pour créer des emplois ou relancer l'économie, mais bien pour mettre en place des programmes de protection sociale. Notre mouvement ne se soucie pas des clivages gauche et droite, il se soucie de l'Amérique.

En étant avenant et sympathique, on peut se faire élire aux Etats-Unis. Ce qu'on voit aujourd'hui avec le mouvement du 'Tea Party', c'est que beaucoup de ceux qui ont voté Obama n'avaient pas compris les conséquences fiscales de leur vote. On essaie de construire une coalition pour que les gens soient politiquement actifs et fassent pression sur le gouvernement. Le 15 avril, 500 'Tea Parties' sont organisées dans tout le pays. On attend entre 500 000 et 1 million de manifestants."