En lançant une chaussure sur Georges W. Bush en janvier, Mountazer al-Zaidi lançait aussi... une mode. Le Premier ministre chinois a subi le même outrage en février à Cambridge. Cette fois, c'est Palaniappan Chidambaram, le ministre de l'Intérieur indien, qui essuie un jeté de sandale d'un journaliste sikh.

Jarnail Singh est  reporter pour le "Dainik Jagran". Le 7 avril, il assiste à une conférence de presse donnée par  le ministre de l'Intérieur. La conférence a pour sujet l'acquittement de Jagdish Tytler, un membre du Parti du Congrès ayant des responsabilités présumées dans le massacre d'Indiens sikhs en novembre 1984. Ces émeutes, au cours desquelles près de 3 000 Sikhs ont trouvé la mort, avaient éclaté à la suite de l'assassinat du Premier ministre Indira Ghandi par deux de ses gardes du corps sikhs. Le journaliste, Sikh lui-même, est exaspéré par la façon dont le ministre évite ses questions sur la responsabilité du Congrès dans ces massacres. Palaniappan Chidambaram a immédiatement affirmé avoir pardonné le geste du journaliste.

"Il s’agit d’une colère et d’une frustration qui remonte à loin"

Manjit Singh GK est le président du parti religieux Sikh Shiromani Akali Dal. Il vit à New Delhi.

On peut débattre pour savoir s'il a eu raison ou tort de faire ça, mais ce journaliste est un homme ordinaire, qui n'obéit à aucun impératif politique. Il s'agit d'une colère et d'une frustration qui remonte à loin, aux émeutes de 1984. Ce jour-là, des Sikhs ont été traînés hors de leur maison et brulés vifs ... Ils ont été assassinés au grand jour et aujourd'hui le gouvernement ose prétendre qu'il ne sait pas qui sont les responsables ?

Le ministre de l'Intérieur nous doit une explication. Et c'est ce que demandait le journaliste, mais il a évité sa question. Le Parti du Congrès au pouvoir aujourd'hui, l'était déjà à l'époque... et il fait ce qui l'arrange. A un moment, ils vous disent qu'ils sont désolés et qu'ils traîneront les coupables devant les tribunaux, mais ensuite les leaders qui ont appelé au massacre sont innocentés."

Sikh /  justice /  Inde /  impunité