Lors d'un talk show le 28 mars sur une chaîne égyptienne, un journaliste s'est répandu en menaces de mort contre une adepte du bahaïsme. Trois jours plus tard, des maisons d'un village de Bahaïs sont incendiées par une foule déchaînée.

La foi bahaïe, religion monothéiste apparue dans les années 1860 en Perse, accepte l'héritage du judaïsme, du christianisme et de l'islam. On compte une importante communauté bahaïe en Iran et près de 2 000 adeptes en Egypte, selon le rapport international des libertés religieuses de 2007.

Après avoir été reconnus en Egypte à partir des années 1930, les Bahaïs ont été privés par le président Nasser de leurs droits en tant que communauté religieuse en 1960. Leurs lieux de culte ont alors été fermés. En 2006, la Cour suprême administrative égyptienne leur avait retiré le droit d'inscrire leur confession sur leurs papiers d'identité, les obligeant à choisir entre les trois religions officiellement reconnues (christianisme, islam et judaïsme) ou à renoncer à leurs droits citoyens.

Pourtant,  le 16 mars dernier, la cour revenait sur sa décision et permettait aux Bahaïs de laisser vide la case "religion" de leurs cartes d'identité. Une avancée timide pour les droits des bahaïs qui a immédiatement été freinée par les discours intégristes.

Les villageois bahaïs attaqués

Publié sur YouTube par "mohsmedkhattab2004".

Trois jours après le talk show, des centaines de résidents du village de Shoraniyyah, dans la province rurale de Sohag, à 345 kilomètres au sud du Caire, incendient les maisons de villageois bahaïs. Des cocktails Molotov sont lancés en direction des habitations - cinq au total - et l’eau est coupée afin d’empêcher toute tentative d’extinction du feu. Toutes les familles bahaïes du village doivent fuir sous escorte policière. Cet incident a depuis été rapporté par des dizaines de journaux du monde arabe (81 selon ce blog). Plusieurs sites bahaïs publient ce type de vidéos, tournées avec des téléphones portables, montrant, selon eux, les incidents de Shoraniyyah. A la fin, on entend un homme crier : "Les forces de sécurité arrivent !"

Le talk show qui a mis le feu aux poudres

Ce talk show - "al-Haqiqa" (La vérité) - de la chaîne égyptienne Dream2 aborde le Newruz, la fête du printemps célébrée par la communauté bahaïe égyptienne. Sur le plateau, Gamal Abdel-Rahim, un journaliste invité, s'en prend violemment aux Bahaïs, allant jusqu'à proférer des incitations au meurtre à l'encontre de Basma Moussa, une adepte du bahaïsme qui participe à l'émission. A côté d'eux se trouvent Ahmed el-Sayyed Abou el-Ila, un paysan bahaï du village de Shoraniyyah, et le présentateur du débat. Cette vidéo montre uniquement la fin de l'émission. Elle a été sous-titrée par FRANCE 24. Basma Moussa a depuis porté plainte contre le journaliste et ce dernier a été entendu par la police.