MEXIQUE

Manu Chao à deux doigts de se faire expulser du Mexique

Manu Chao a, encore une fois, enfilé sa casquette d'activiste altermondialiste lors d'un concert à Guadalajara, au Mexique. En prenant position , il a provoqué l'agacement des autorités. Lire la suite...

Publicité

Manu Chao a, encore une fois, enfilé sa casquette d'activiste altermondialiste lors d'un concert à Guadalajara, au Mexique. En prenant position contre le "terrorisme d'État", il a provoqué l'agacement des autorités.

Le résumé de cette affaire, et les photos qui l'accompagnent, nous ont été envoyés par l'un de nos Observateurs au Mexique,  Gabriel Infante.

Image : Gabriel Infante

Lors d'une conférence de presse au Festival international du film de Guadalajara, le chanteur a évoqué une intervention très controversée effectuée par la police, le 4 mai 2006. Deux mille agents étaient intervenus à San Salvator Atenco, une ville de la banlieue de Mexico, pour déloger des manifestants anticapitalistes qui dénonçaient l'installation d'un hypermarché "Wallmart" et avaient séquestré 11 policiers. Durant l'intervention, plus de 200 personnes avaient été violemment tabassées et, d'après la Commission nationale des droits de l'homme, une vingtaine de femmes auraient été violées par des agents.

Lors de sa conférence de presse, Manu Chao a déclaré : "Ce qui s'est passé à Atenco, d'une certaine façon, est un terrorisme d'État. [Les autorités] disent : que personne ne dise rien quand nous viendrons prendre les terres, parce que, attention, il va vous arriver la même chose que ce qui s'est passé à Atenco."

Jeudi dernier, le ministre mexicain de l'Intérieur a dit aux journalistes qu'une enquête allait être ouverte sur les propos du chanteur, qui ne s'est d'ailleurs pas rendu à son concert le lendemain. Des rumeurs annonçaient aussi l'expulsion de Manu Chao, mais elles ont été démenties par les autorités. L'article 33 de la Constitution mexicaine interdit aux étrangers "d'interférer avec les affaires internes du pays" et stipule que les contrevenants peuvent être expulsés sur le champ et sans procès.

Les médias locaux ont vivement critiqué le ministre de l'Intérieur, se demandant s'il n'avait pas des "affaires plus urgentes à traiter". Une journaliste radio locale, Denise Maerker, a même expliqué que la déclaration du ministre lui rappelait celles d'Hugo Chavez, le président vénézuélien. Cet incident a déclenché une vive polémique au Mexique. Voici le commentaire d'un internaute sur le site du quotidien "Milenio Diario" : "Manu a raison. Le problème, c'est qu'en tant qu'étranger, il n'a pas le droit de donner son avis sur Atenco. Si j'avais dit la même chose, je n'aurais eu aucun problème."

Manu Chao lors de son concert à Guadalajara, dans le cadre du Festival international du film de la ville

 

Vidéo Postée par "DjRaLiUgA", le 23 mars 2009.

Vidéos de l’incident d’Atenco

Vidéo postée par "bonham", le 7 mai 2006.