La fusillade s'est déclenchée à 9h30 ce matin dans un collège de Winnenden, une petite ville au nord de Stuttgart (sud-ouest). A 10h38, la première dépêche tombe. A 11h30, une habitante de cette commune de 30 000 habitants témoigne sur l'antenne de France 24. Comment l'a-t-on trouvée ? Grâce à Twitter.

Un incroyable exemple des potentialités offertes par Twitter pour le journalisme. Comment cela s'est passé :

9h30 - Début de la fusillade.

10h38 - Première dépêche alertant les rédactions. L'auteur de la fusillade s'enfuit après avoir tué au moins dix personnes dans un collège. Les journalistes des Observateurs de France 24 se connectent à Twitter pour tenter de contacter des habitants de la ville, sous le choc.

11h - Nous repérons un Allemand, Zellmi, qui raconte que sa petite amie habite Winnenden et qu'elle n'ose pas sortir de son bureau. Mais son courriel et son numéro de téléphone ne sont pas mentionnés.

11h08 - Nous retrouvons le nom d'utilisateur de Zellmi (Matthias Zellmer) sur Skype. Il nous répond immédiatement et nous donne le numéro de téléphone de son amie, Natali Haug. Nous lui parlons, elle est au travail à Winnenden, une ville d'environ 30 000 habitants située à 20km au nord de Sttutgart. Elle nous explique que des hélicoptères tournent en permanence dans la ville et qu'elle n'ose pas sortir, de peur de tomber sur le tueur. Nous entendons les sirènes de la police au téléphone. Plutôt gênée au début, elle accepte de témoigner à l'antenne.

11H30 - Edition spéciale du JT sur France 24. Natali est interviewée par notre présentatrice sur l'antenne anglophone.

Ce n'est pas la première fois que Twitter participe à la couverture de l'actualité (ex : crash de l'Hudson ou l'attentat au Sri Lanka). Dans le cas de cette fusillade, toutefois, le processus journalistique a été, grâce à Twitter, d'une rapidité fulgurante. 52 minutes se sont écoulées entre l'annonce de l'événement et la diffusion à l'antenne du commentaire du témoin. L'avenir du journalisme participatif s'annonce passionnant !