ÉTATS-UNIS

"Je me forme tout seul pour m'adapter au marché du travail"

Alexander Stone Dale, 46 ans, a été chauffeur de taxi à New York pendant vingt ans. Aujourd'hui, il veut trouver un travail moins manuel. Mais il n'a pas toujours les qualifications requises pour postuler aux offres qui l'intéressent. Il a donc décidé de se former pour acquérir de nouvelles compétences.

Publicité

 

 

Alexander Stone Dale, 46 ans, a été chauffeur de taxi à New York pendant vingt ans. Aujourd'hui, il veut trouver un travail moins manuel. Mais il n'a pas toujours les qualifications requises pour postuler aux offres qui l'intéressent. Il a donc décidé de se former pour acquérir de nouvelles compétences.

Le témoignage d'Alexander est le troisième de notre série dédiée au chômage, après celui de Michel Tudeng ("Je suis dans la merde") et de Sophie D. ("Virée en un quart d'heure").

J'ai été coursier intérimaire chez UPS (United Parcel Service) en décembre. J'avais l'espoir d'être embauché à temps plein à partir de février mais, comme l'entreprise est dans la tourmente en ce moment, elle ne m'a toujours pas proposé de postes. D'ailleurs, elle n'embauche pas en ce moment. 

Je suis donc actuellement au chômage avec, disons, de très bonnes perspectives d'embauche qui ne se sont pas encore concrétisées ! Et je ne sais pas quand cela va changer...

Comme j'ai fait un boulot manuel pendant plus de vingt ans, j'aimerais trouver aujourd'hui un boulot plus tranquille. Je voudrais passer la deuxième partie de ma vie assis sur une chaise sans me prendre la tête.

Mais à chaque fois que je vois un poste qui m'intéresse, je m'aperçois qu'il me manque des qualifications. Alors je regarde si je peux me former par moi-même. Et si je le peux, je le fais. Récemment, j'ai appris la dactylographie sur Word et j'ai été formé sur Excel, PowerPoint et Photoshop. Un ami m'a aussi donné un clavier de PC pour m'entraîner. Je pratique environ deux heures par jour en retranscrivant des discours. Là, je viens de terminer celui d'Obama devant le Congrès. La semaine dernière, j'écrivais 50 mots par minute, cette semaine, je suis passé à 60 et mon objectif, c'est d'atteindre les 90.

Ce que je déteste par dessus tout, ce sont les fausses offres d'emploi publiées sur Internet, notamment sur Craiglist. Tu en trouves de plus en plus. Mais le pire, c'est que c'est une fois que tu as postulé, que tu as pris le temps de répondre à l'annonce, que tu sais si c'est un spam ou pas. Et quand c'est une fausse offre, t'es dégoûté d'avoir perdu ton temps.

De toute façon, c'est rare quand tu reçois une réponse. Envoyer ton CV, c'est comme envoyer une bouteille à la mer. J'avais postulé chez Vanity Fair il y a deux mois. Ils m'ont renvoyé une réponse négative hier seulement. Mais c'est déjà tellement rare.

Si la situation devient vraiment dure pour moi, je prévois de faire appel à la Ville de New York. Elle essaie de placer en priorité les demandeurs d'emploi qui demandent des aides sociales. Je profiterai du système pour trouver un emploi mais je refuse de toucher des aides sociales ; je veux toutefois que l'État m'aide à trouver un poste. C'est le jeu : essayer par tous les moyens jusqu'à ce que tu trouves. Je fais tout pour m'adapter chaque jour un peu plus au marché du travail. En tous cas, je mets toute mon énergie là-dedans.

En attendant, je me restreins en vivant avec le minimum et en espérant que ça s'améliore. Je vis comme un moine. Je ne vais ni au restaurant, ni au cinéma. Ma principale activité, c'est la marche. Dernière en date : 15 miles dans le Queen. C'est très sympa et en plus, c'est gratuit !"

Et voici mon CV !

CV - Free Legal Forms