CHINE

L’homosexualité n’est plus une "maladie mentale"

Des militants homosexuels, hommes et femmes, se sont retrouvés à Pékin, le jour de la Saint-Valentin, pour y célébrer de faux mariages. La police les a laissé faire, le signe que la société chinoise, pourtant conservatrice, tolère davantage la communauté gay. Lire la suite et voir les images du mariage...

Publicité

Image : Sina.com

Des militants homosexuels, hommes et femmes, se sont retrouvés à Pékin, le jour de la Saint-Valentin, pour y célébrer de faux mariages. La police les a laissé faire, le signe que la société chinoise, pourtant conservatrice, tolère davantage la communauté gay.

En Chine, l'homosexualité n'a été retirée de la liste des maladies mentales qu'en 2001. Mais si les quelques 30 millions de gays que compte le pays sont aujourd'hui tolérés, c'est à condition qu'ils restent peu visibles. Notre Observateur, Zhang Yi, a participé aux faux mariage de la Saint-Valentin, le 14 février, pour que sa communauté sorte enfin de l'anonymat. Un happening rare dans la capitale chinoise et qui a même été couvert par les médias officiels.

Images du mariage

Images publiées sur Sina.com.

"Beaucoup de mes amis gays, à cause de la pression familiale, sont obligés de se marier avec des femmes et d’avoir des enfants"

Zhang Yi, 35 ans, gérant d'un bar gay à Pékin. Il a participé au happening.

Nous avons monté cette manifestation de notre propre initiative, mais la police nous a laissé faire. Ce happening a eu un impact énorme. Il a été discuté sur plein de forums de discussion, non seulement dans les grandes villes, mais aussi dans de petits villages. Ce qui m'a étonné le plus, c'est que des journalistes de CCTV [la chaîne nationale chinoise] ont parlé de nous sur leur site Internet. C'est vraiment rare. Tout cela démontre que les médias s'intéressent de plus en plus à la communauté homosexuelle et que le gouvernement est plus tolérant, même s'il ne nous soutient pas encore ouvertement.

Avec ce happening, nous avons cherché à entrer en contact direct avec le public, qui ne connaît les homosexuels que via des reportages dans les médias. Nous voulions lutter contre les idées reçues et faire évoluer notre culture traditionnelle. Beaucoup de mes amis gays, à cause de la pression familiale, sont obligés de se marier avec des femmes et d'avoir des enfants. Certains épousent des lesbiennes. Je les comprends, mais ce sont vraiment des tragédies humaines. J'espère que la justice va légaliser le mariage homosexuel et que nous aurons un jour nos propres programmes dans les médias."

"Cela ne veut pas dire que la situation pour les homosexuels a vraiment changé"

Ronnie, un étudiant gay de 29 ans, originaire de Shenzhen, qui fait ses études à Paris.

Ce genre de manifestation est assez rare en Chine, mais cela ne veut pas dire que la situation pour les homosexuels a vraiment changé. Les plus de 30 ans ont toujours du mal à nous accepter, la société chinoise est encore très conservatrice. Le gouvernement ne soutient pas suffisamment la communauté homosexuelle. Par exemple, nous n'avons pas de Gay Pride. La justice n'a pas non plus légalisé le mariage gay. Mon rêve, c'est de vivre sans pression. Mais c'est encore un rêve, car la culture chinoise nous oblige à nous marier, à faire des enfants. La pression sociale reste énorme."