USA

"Barack Obama a célébré la force de la diversité américaine"

Le discours d’investiture de Barack Obama a convaincu la plupart de nos dix électeurs américains. Pour eux, le nouveau président s’est montré convaincant et a adressé un véritable message d’espoir à la Nation. lire la suite...

Publicité

Nate a apporté sa petite télévision au travail pour suivre l'investiture de Barack Obama avec ses collègues. Photo posté sur Flickr.

Le discours d’investiture de Barack Obama a convaincu la plupart de nos dix électeurs américains. Pour eux, le nouveau président s’est montré convaincant et a adressé un véritable message d’espoir à la Nation.

 

"ll a avancé ses solutions pour reconstruire l'Amérique"

 

Julissa Reynoso est avocate à New York City, NY (démocrate)

"Quel discours! De l'économie à la guerre, Obama a exposé les vrais problèmes auxquels le pays doit faire face.

Mais il a aussi avancé ses solutions pour aller de l'avant et reconstruire l'Amérique.

C'était un véritable appel à se mettre au boulot. Il a aussi fait connaître ses intentions de travailler avec les autres nations - 'l'Amérique est l'ami de toutes les nations elle est à nouveau prête à montrer la voie et à respecter les autres.'

Il a célébré la force de la diversité américaine et a rendu hommage aux défis que le pays a su relever au cours de l'Histoire.

Il a insisté sur les valeurs américaines et a appelé à l'ouverture d'une ère de responsabilité. Nous nous sentons tous plus Américains, aujourd'hui."

"Finalement, nous sommes là - nous, le peuple"

Ernesto Haibi est médecin dans l'armée américaine à Copperas Cove TX (démocrate)

Dans son discours, Obama a évoqué, avec élégance, toutes les préoccupations de l’Amérique. L’économie est le fruit de notre investissement personnel, et non de l’avidité collective.

Nous défendons notre pays avec notre courage et non avec nos craintes.

Nous devons nous entraider pour pouvoir aider les autres pays. Nous ferons du monde une meilleure place en éduquant nos concitoyens et en créant de grandes choses - que ce soit au niveau intellectuel, scientifique et industriel - qui peuvent aider le monde.

A tous ceux qui détestent ou se méfient de sa "noirceur", nous vous laissons dans le XXe siècle. Finalement, nous sommes là - nous, le peuple.

Ernesto et ses collègues suivent l'investiture depuis leur bureau 

"Un message fort d'espoir"

Edgar Thornton est professeur à Iowa City (républicain)

 

Je n'ai pas voté pour lui, mais en tant qu'Afro-Américain, je suis très fier de ce qu'il a réussi à faire. J'étais très content de son discours.

C'était un formidable début pour cette administration, un message d'espoir fort adressé à la Nation et la démonstration de la compréhension de notre passé unique.

Notre nouveau président nous a expressément demandés, à nous citoyens, de nous rassembler pour faire face aux problèmes que rencontre notre pays.

Je ne suis pas sûr de savoir comment il va payer pour tout ce qu'il veut faire, mais il a bien exprimé cette confiance en ce que les Américains ont accompli ainsi que leur capacité à être les leaders de ce monde.

Je me suis senti encouragé quand il nous a lancé le défi de nous remémorer notre passé, de regarder vers le futur et de faire tout notre possible pour endosser un nouveau rôle dans les affaires internationales.

En tant que républicain, je suis rassuré par son engagement à préserver la force de notre pays et à trouver des terrains d'entente avec nous.

J'espère qu'il tiendra sa parole et prendra en compte l'avis des autres.

C'est le premier jour, voyons maintenant ce qu'il va faire. Membre de l'opposition loyale, j'ai aimé ce que j'ai entendu, mais j'ai besoin de voir comment tout cela se traduira en politique.

"Les appels à agir dans son discours sont stimulants"

Tim Kenney est consultant à Bethesda Maryland (démocrate)

"C'était un tel plaisir de regarder l'inauguration d'Obama aujourd'hui.

J'ai vécu suffisamment longtemps pour avoir vu onze présidents américains différents défiler à la Maison Blanche, et aucun d'entre eux n'a eu une investiture aussi passionnante. 

On a préféré rester à la maison, plutôt que braver le froid et la foule. Nous ne le regrettons pas. La télévision te donne l'avantage d'être plus près et de te sentir plus proche, en voyant les expressions du président sortant et celles d'Obama.

C'est saisissant de voir combien Obama est convaincant. J'ai été très touché par son discours et je suis ravi de constater que la voix de la sagesse et le sens commun semblent être réapparus chez nos dirigeants.

Le discours d'inauguration d'Obama a commencé avec un ton plutôt négatif, mais il est devenu plus positif et plus optimiste. C'est ce que l'on attend de lui : apporter de l'espoir à un monde inquiet. Et commencer par réparer les erreurs du passé.

Je déteste l'arrogance morale de l'administration Bush vis-à-vis des autres nations. La phrase du discours d'Obama me fait penser qu'il va restaurer ma foi envers le pays et dans les principes sur lesquels la nation repose.

"Nous rejetons le choix entre notre sécurité et nos idéaux. Nos pères fondateurs, confrontés à des périls que nous pouvons à peine imaginer, ont défini une charte pour assurer la règle du droit et les droits de l'homme. (...) Ces idéaux éclairent toujours le monde et nous n'y renoncerons pas (...) Aussi, à tous les autres peuples et gouvernements qui nous regardent aujourd'hui, des plus grandes capitales au petit village où mon père est né : sachez que l'Amérique est l'amie de chaque nation et de chaque homme, femme et enfant qui espère un avenir de paix et de dignité, et que nous sommes prêts une fois encore à emprunter ce chemin."

Les appels à agir dans son discours sont stimulants et plein d'espoir.

On ne peut pas demander davantage en cette période morose."

L'espoir et la vertu

Linda Sharp est écrivaine à Austin TX (démocrate)

Ca y est, ça commence. Des larmes dans nos yeux et l'espoir dans nos cœurs, un pas vers notre avenir vient d'être franchi.

 

Barack Hussein Obama est le 44e président de notre nation.

A l'écouter parler, prononcer ces mots vrais et forts, nous rappeler d'où nous venons et où nous allons, je me sens remplie, plus que jamais, de la fierté d'être citoyenne de cet incroyable pays.

Je suis citoyenne des Etats-Unis. Aujourd'hui, je reprends ma fierté à cette administration qui m'a fait honte, qui m'a fait craindre pour la sécurité de ma fille quand elle voyageait à l'étranger, qui m'a donné envie de hurler "Non, nous ne sommes pas tous comme ceux qui nous gouvernent".

Barack Obama a dit des vérités difficiles à entendre. Nous ne sommes pas seulement victimes de tous ces malheurs, mais nous avons aussi, à différents degrés, été complices en autorisant que l'on s'approche autant du précipice.

Ce n'est peut-être pas nous qui avons terrassé Wall Street, mais avions nous vraiment besoin de ces écrans plasma, du dernier Ipod ou de maisons au dessus de nos moyens ?

Reconnaissons notre faute, mais faisons aussi nôtre cette résurrection. Il a dit "A partir d'aujourd'hui, nous devons nous relever, nous dépoussiérer et commencer l'ouvrage de la reconstruction de notre pays."

C'est ce que nous ferons. Il le faut.

Il a terminé son discours par une citation de George Washington, "Disons le au monde futur... dans la profondeur de l'hiver, quand seul l'espoir et la vertu peuvent survivre, quand la ville et le pays, alertés par un même danger, se rassemblent pour faire face."

President Obama, vous avez fait appel à cette vertu qui fait de nous des hommes, vous nous avez permis de rêver de jours meilleurs et vous avez redonné espoir à ceux qui l'avait perdu.

Je vous en remercie. Maintenant...au boulot."

"Un peu de cohérence ne ferait pas de mal"

Pamela Hall est photojournaliste à New York (républicaine) 

Le "Grand Discours" n'était qu'une litanie de platitudes et de vœux pieux.

Peut-on espérer que certains se réalisent ? Pour cela, il devra obtenir la bénédiction de la frange la plus radicale de son parti. Mais pourra-t-il les convaincre d'adopter une attitude responsable et de le soutenir ?

S'il n'y arrive pas, alors il n'y a aucun espoir de changement. Les ennemis de l'Amérique tiendront leur revanche.

Et quel crédit accorder à son discours sur la redistribution des richesses, alors que sa cérémonie d'investiture est la plus chère de l'Histoire ? Un peu de cohérence ne ferait pas de mal.

"J'espère entendre dans le futur moins de platitudes"

Justin Quinn est bloggeur et journaliste en Pennsylvanie (républicain)

J'ai apprécié certaines parties du discours, mais dans l'ensemble, je reste un peu sur ma faim.

 

Quand il affirme "la question n'est pas de savoir si notre gouvernement est trop petit ou trop grand, mais si celui-ci fonctionne", je prends peur.

En général, quand un gouvernent échoue, la "solution démocrate" consiste à étendre ses pouvoirs.

J'ai entendu plus que j'aurais aimé en entendre sur la redistribution des richesses et pas assez sur la vigilance quant aux menaces intérieures et extérieures qui pèsent sur la nation.

J'espère entendre, dans le futur, moins de platitudes et je souhaite que les prochains discours aient davantage de substance.