TERRITOIRES PALESTINIENS - ISRAËL

À Gaza, tanks de science-fiction contre roquettes préhistoriques

Côté Hamas, des roquettes d'une portée de quelques kilomètres; côté israélien, des équipements high-tech, comme les tout nouveaux chars capables de faire exploser les missiles en vol. La technologie sera-t-elle décisive à Gaza ? Lire la suite...

Publicité

Côté Hamas, des roquettes d'une portée de quelques kilomètres; côté israélien, des équipements high-tech, comme les tout nouveaux chars capables de faire exploser les missiles en vol. La technologie sera-t-elle décisive à Gaza ?

La réputation de puissance de l'armée israélienne a pris un coup en 2006, après le conflit meurtrier qui l'opposa au Hezbollah libanais. Des tirs de missiles antichars libanais ont visé et détruit avec succès des blindés israéliens durant les 33 jours du conflit. Pour la première fois, des tirs ennemis ont percé les défenses des blindés et mis à jour les faiblesses de la toute-puissante Tsahal.

Depuis, l'Etat hébreu a développé un matériel défensif de pointe, notamment un système de défense active (ADS) baptisé "Iron fist", qui permet aux chars qui en sont équipés de détruire en plein vol les projectiles qui les prennent pour cible. Les premiers essais sont concluants, et une vidéo promotionnelle de l'IMI (Israeli Military Industries) présente ces tanks d'un nouveau genre comme la "solution ultime" contre les missiles antichar.

Nous avons essayé de contacter l'IDF (forces de défense israéliennes), ils ont refusé de commenter l'utilisation éventuelle et les impacts de tels équipements.

"C’est une des innovations majeures de ce conflit"

Joel Schalit est un auteur israélien spécialiste du conflit au Proche-Orient.

Ce conflit est largement perçu comme une façon de redorer  le blason de l'armée israélienne après le fiasco de l'opération au Liban en 2006. A ce moment-là, la plus grande menace pour les forces israéliennes étaient les tirs de missiles et roquettes antichars du Hezbollah, qui ont détruit un nombre sans précédent de chars israéliens, y compris les tanks Merkava de dernière génération, considérés comme les véhicules blindés les mieux sécurisés au monde.

Les Israéliens craignent beaucoup que les Palestiniens aient retenu la leçon et acquis ces armements, pour mettre en œuvre les mêmes tactiques que le Hezbollah.

La Défense israélienne a donc beaucoup investi dans le développement de technologiques de blindage actif, ou préventif. Selon moi, c'est l'une des innovations majeures de ce conflit, du moins en termes des combats sur le sol. Cependant, même une force très bien équipée et entraînée peut être battue sur le terrain, en particulier si elle affronte un ennemi sur son propre territoire, qui se bat pour sauver sa propre maison. Selon l'armée israélienne, les forces de Hamas se sont beaucoup améliorées ces dernières années."

Le système de défense active "Iron Fist"

"L’impact tactique de ces technologies à Gaza sera minimal"

Michel Goya, lieutenant-colonel dans l'armée française:

Cela fait des années que les Israéliens, mais aussi les Américains et à un moindre degré les Français, se penchent sur la question de blindage actif (ADS, ou système de défense active) des véhicules armés. En matière de blindage passif, on a atteint des limites avec la création du RPG 29, un lance-roquette russe considéré comme le plus performant du marché, capable de traverser le plus puissant des blindages.

Ces recherches sont très complexes et coûteuses : il s'agit de technologies pointues qui utilisent les lasers pour détecter les mouvements. C'est aussi difficile à mettre en œuvre qu'un bouclier antimissile à toute petite échelle. En plus, c'est la première fois que l'ADS "Iron Fist" israélien est testé grandeur nature, donc il y aura forcément des bavures.

C'est la deuxième guerre du Liban, en 2006, qui a remis cette technologie au goût du jour en Israël, parce qu'on a découvert que les combattants du Hezbollah disposaient de ces fameux lance-roquettes RPG 29, et qu'ils ont mis a mal les blindés israéliens. L'armée israélienne veut à tout prix éviter que cette situation se reproduise.

Cependant, je pense que Gaza et le Liban sont deux terrains de combats très différents, et que le système d'ADS israélienaura un impact tactique minimal s'il est mis en œuvre dans la bande de Gaza. Premièrement, le Hezbollah et le Hamas, ce n'est pas la même chose : les premiers sont soutenus par l'Iran et la Syrie et bénéficient d'équipements et entraînements bien meilleurs que le Hamas. A ma connaissance, le Hamas ne possède pas de lance-roquettes antiblindés de type RPG 29 (ou alors c'est très grave, parce que cela indiquerai un fort degré d'implication russe contre Israël.)

En plus, les ADS sont principalement une défense antimissile. Or l'utilisation de missiles antichar à Gaza est presque impossible : il faut 500 à 1 000 mètres de portée au minimum, là le territoire est trop petit. Les Palestiniens se tourneront plutôt vers des moyens plus artisanaux, comme des engins explosifs de bord de route (IED), contre lesquels les ADS ultrasophistiqués israéliens ne peuvent rien. Au final, les Israéliens ont aussi dû se tourner vers des systèmes de défense traditionnels, en surblindant les véhicules de transport de personnel, qui restent les plus vulnérables."