TERRITOIRES PALESTINIENS - ISRAËL

L’intervention israélienne est-elle justifiée ?

L'intervention israélienne qui a débuté ce week-end a déjà fait plus de 300 morts parmi les membres du Hamas mais aussi parmi les civils. Nos Observateurs, de Gaza à Jérusalem, nous racontent cette escalade de violence et s'interrogent sur la légitimité de l'attaque israélienne.  Lire la suite et voir les images amateurs...

Publicité

L'intervention israélienne qui a débuté ce week-end a déjà fait plus de 300 morts parmi les membres du Hamas mais aussi parmi les civils. Nos Observateurs, de Gaza à Jérusalem, nous racontent cette escalade de violence et s'interrogent sur la légitimité de l'attaque israélienne.

Vous aussi, donnez votre avis : que pensez-vous de l'intervention israélienne? (les messages insultants ou haineux seront supprimés). 

Ces images ont été tournées par le Mouvement pour la solidarité internationale. L'organisation rapporte qu'une pharmacie de Hi Alijnina, située dans le district de Rafah, au sud de la bande de Gaza, a été bombardée à 7 heures du matin, samedi.

"Tout cela pourrait donner naissance à une troisième Intifada"

Lisa Goldman est journaliste et blogueuse à Tel-Aviv.

Je suis contre cette attaque à Gaza car je sais qu'elle sera inefficace. Ni les bombardements ni une intervention au sol ne stopperont les missiles Qassam. En réalité, les attaques de l'IAF et de l'IDF vont rendre encore plus difficile la vie des habitants de Sderot et de Negev, car le Hamas et le djihad islamique vont répondre en envoyant encore plus de roquettes et les responsables de l'armée n'ont aucun plan pour assurer la sécurité des résidents de Negev. Les Palestiniens manifestent de partout. Ils s'en prennent à Abbas et à l'autorité palestinienne, les accusant de collaborer avec Israël et de ne pas dénoncer assez fortement les attaques contre Gaza. Tout cela pourrait donner naissance à une troisième Intifada."

"Il est tombé sous mes yeux […] il est décédé peu après"

Salam Jamal Kanaan, 17 ans, vit à Naalin en Cisjordanie, un village palestinien séparé de ses terres agricoles par le mur israélien.

Hier, une manifestation a réuni des Palestiniens de mon village mais aussi des villages avoisinants. A l'approche du barrage israélien, les soldats ont lancé des bombes lacrymogènes pour disperser les manifestants, qui ont répliqué en jetant des pierres. Les Israéliens ont alors tiré des balles en caoutchouc, puis ils ont tiré en l'air et sur les manifestants. Trois Palestiniens ont été touchés : Mohammed Abdelkarim Srour au pied, Mohammed Khawaja à la tête et Arafat Khawaja à la poitrine. Arafat Khawaja est tombé sous mes yeux. Il a été transporté à l'hôpital dans une voiture que les soldats israéliens ont visée avec des bombes sonores. Il est décédé peu après. Il avait 22 ans et était étudiant à l'université américaine de Jénine. Mohammed Khawaja, lui, est en état de mort clinique. C'est un jeune de 19 ans. Il est orphelin et a un frère plus jeune et 6 sœurs.

Depuis ce matin, la famille de Khawaja essaye de sortir le corps du défunt de Naalin pour procéder aux funérailles, mais en vain. Les soldats israéliens bouclent le village et interdisent aux gens d'en sortir et à la presse d'y entrer. Il va falloir faire un très long détour pour atteindre le cimetière et enterrer le corps. Nous sommes tous très abattus."

 

Ces images ont été filmées  par le Mouvement pour la solidarité internationale. Arafat Kawadja est touché par balle au moment où les forces armées israéliennes ouvrent le feu sur une manifestation organisée contre l'offensive israélienne. Il est transporté à l'hôpital et y décèdera.

Photos de l'incident prises par Keren Manor pour Activestills.org 

"Les choses vont se calmer et le Hamas va perdre des soutiens"

Ariel Woolf enseigne dans une école talmudique à Efrat, à une vingtaine de kilomètres d'Hébron.

Je suis impressionné par l'intervention de l'armée israélienne. Elle a été bien planifiée et ne touche que des cibles clairement identifiées. Tout sera fini dans une semaine ou deux. La plupart des victimes sont, en outre, des membres du Hamas, d'après les médias en tout cas. Un message devait être envoyé car ça ne pouvait plus continuer. Aujourd'hui encore un Israélien a été tué par une roquette. Je pense que lorsque cette intervention s'achèvera, les gens seront en colère, dans un premier temps, mais ensuite les choses vont se calmer et le Hamas va perdre des soutiens. L'armée israélienne ne s'arrêtera que lorsque ses objectifs seront atteints."

"Après l’échec de leur intervention au Liban [en 2006], ils veulent finir le boulot"

Eyad El-Sarraj est un psychiatre et un militant pour les droits de l'Homme à Gaza.

Gaza est une ville fantôme. Les rues sont vides, personne ne sort. Ils viennent de bombarder le poste de police à côté de chez moi. Et un ami vient de m'avertir qu'ils ont aussi détruit mon bateau qui mouillait dans le port de Gaza.

Le Hamas ne peut pas rivaliser avec la force de frappe israélienne, mais il sera plus efficace si des troupes sont envoyées sur le terrain. Si cela se produit, les Israéliens vont devoir tuer beaucoup de gens. Après l'échec de leur intervention au Liban [en 2006], ils veulent finir le boulot. Je pense donc que ça va durer au moins quatre à six semaines. Ils vont occuper Gaza jusqu'à ce que le Conseil de sécurité [de l'ONU] se décide à envoyer une force internationale. Je me demande comment Obama va réagir à tout cela..."

 

Eyad affirme que des blessés sont actuellement soignés dans les couloirs de l'hôpital Al-Shifa. Photo de cette hôpital postée sur le site d' ISM.

"La plupart des gens sont scotchés à leur télévision ou vont à l’hôpital pour donner leur sang"

Ghassan Abdullah est un informaticien vivant à Ramallah.

Il y a des manifestations ici. Mais elles ne sont pas organisées et les différents groupes politiques se disputent pour se mettre en avant. J'ai vu un type, monté sur les épaules d'un autre, qui lançait des appels à l'unité nationale en brandissant les drapeaux du Fatah, du Hamas et du Front populaire [de libération de la Palestine, FPLP]. Quelqu'un lui a tendu le drapeau palestinien, qu'il avait apparemment oublié...

Les forces de sécurité palestiniennes sont partout, surtout dans les petites rues. Tous les magasins ont été fermés ce week-end. La plupart des gens sont scotchés à leur télévision ou vont à l'hôpital pour donner leur sang."