ACTUALISATION (24/12/08, 15H05) : Au surlendemain du décès du président Conté, les putschistes ont promis des élections "libres et transparentes" fin décembre 2010, alors que le gouvernement en place refuse toujours de reconnaître l’autorité de ces militaires.


La confusion règne en Guinée depuis l'annonce, lundi soir, de la mort du président Lansana Conté. Au pouvoir depuis 1984, il laisse un pays exsangue sur le plan économique, en dépit de ressources minières très importantes.

Au lendemain de la mort du président, un capitaine de l'armée guinéenne a annoncé la dissolution du gouvernement et des institutions républicaines à la radio d'État. La Constitution est par ailleurs suspendue et un "conseil consultatif" devrait être mis prochainement en place pour assurer la transition.

L'usine d'alumine de Fria, où travaille Noel Etienne

Une journée comme les autres pour les habitants de Fria

Photos par Noel Etienne Gnimassou.

"Il n'y a pas eu un seul coup de feu de toute la nuit"

Henri Willox est professeur de technologie à Conakry. Il tient le blog Le Technoblog du Lac.

Commentaire envoyé le 24/12/08 :

Il n'y a presque plus d'activité aérienne, je ne sais pas si l'aéroport Gbessia est encore ouvert, mais hier nous n'avons eu aucun vol (nous sommes à quelques kilomètres de l'aéroport et nous avons une bonne vue sur les arrivées et les départs).

Le moment est bien choisi en tout cas, presque tous les personnels des ambassades sont rentrés pour les vacances de Noël."

Commentaire envoyé le 23/12/08 :

Ici, dans la banlieue de Conakry, tout un chacun vaque à ses occupations et la vie se déroule comme d'habitude, sauf que nous avons encore de l'électricité alors qu'habituellement, elle est coupée vers six heures du matin.

Il n'y a pas eu un seul coup de feu de toute la nuit, et la population se dit plutôt heureuse de la prise du pouvoir par de jeunes militaires (Ndlr, le Premier ministre assure qu'il est toujours aux responsabilités)."

"La Guinée est un incroyable gâchis économique"

Noel Etienne Gnimassou vit à Fria, une ville située à 160 kilomètres au nord de la capitale Conakry. Il travaille dans le laboratoire de chimie d'une usine d'alumine (oxyde d'aluminium) et ecrit sur le blog Friainfo.

Tout est calme à Fria, les gens se sont rendus au travail comme si c'était un jour normal.La plupart des commerces sont restés ouverts et il n'y a eu aucune précipitation, malgré quelques personnes désireuses de faire des provisions pour le réveillon de demain. Même les enfants ont voulu aller à l'école, mais ils ont été renvoyés à la maison. Les soldats sont dans les casernes et il n'y a pas de mouvement de troupes dans la ville.

L'annonce du décès a été faite vers 2 heures du matin. Ils ont attendu que les gens dorment pour éviter les rassemblements dans les rues. Mais la nouvelle a de toutes façons été accueillie presque dans l'indifférence. Les gens sont tellement fatigués à cause de la crise économique guinéenne et mondiale, qu'il n'y a pas eu de réaction excessive.

Sous le président Conté, le pays a gagné en liberté. Mais la Guinée est un incroyable gâchis économique. Le pays est riche en minerai mais la population n'en profite pas.

Aujourd'hui, je me suis recueilli et je respecte la mémoire du mort. Mais je souhaite de tout cœur un vrai changement positif. Il faut que quelqu'un d'intègre prenne les rênes du pays, que la vieille garde et les alliés du président s'en aillent enfin. La Guinée a besoin d'une nouvelle classe de dirigeants plus jeunes et plus compétents."