CHINE

À Shanghaï, les toilettes publiques, ça rapporte gros

L'un de nos Observateurs en Chine à mené l'enquête sur... les toilettes de la gare de Shanghaï. Un sujet en apparence trivial mais qui passionne les internautes. Car ces fameuses toilettes pourraient rapporter, chaque année, la bagatelle de 11 millions d'euros.

Publicité

L'un de nos Observateurs en Chine à mené l'enquête sur... les toilettes de la gare de Shanghaï. Un sujet en apparence trivial, mais qui passionne les internautes. Car ces fameuses toilettes pourraient rapporter, chaque année, la bagatelle de 11 millions d'euros.

Les Shanghaïens se sont saisis du sujet. Ils râlent d'avoir à payer pour aller aux toilettes et se demandent où va l'argent amassé sur leur dos par le gouvernement local. Certains se sont même amusés à calculer les revenus des toilettes publiques de Shanghaï, les plus fréquentées de Chine. Les calculs des internautes aboutissent à des sommes astronomiques, allant jusqu'à 100 millions de RMB par an, soit près de 11 millions d'euros.

Le prix d'entrée n'est pourtant que de 1 yuan (0,1 euro) par personne. Mais ce sont les seules toilettes des environs. Et comme dans ces environs, on trouve la gare de Shanghaï Nord, la gare la plus fréquentée du pays où transitent jusqu'à 40 000 passagers par jour en période d'affluence, le business devient profitable. Notre Observateur, Xiaodong Du, s'est rendu sur place pour mener l'enquête. Il en revient avec ses propres estimations, moins élevées que ne le prétend la rumeur.

Des toilettes certifiées

Les licences et certificats sont exposés dans une étagère. Il est expliqué que le prix élevé n'a rien à voir avec l'endroit mais qu'il est dû au "modèle des toilettes". En avril dernier, les autorités de Shanghaï ont promis de rendre gratuites toutes les toilettes publiques avant l'exposition universelle de 2010."

Les plaintes des internautes (traduction de Xiaodong Du) :

 

"Je vis à Guilin, et toutes les toilettes de ma ville sont gratuites. Partout, dans les stations de bus, les lieux touristiques, dans le centre ville, dans la banlieue, partout c'est gratuit... "

"A Pékin aussi, c'est toujours gratuit."

"Ca passe si les toilettes sont propres, il faut bien payer l'entretien. Mais 1 yuan, tout de même, ce n'est pas donné. La plupart du temps, c'est entre 0,2 et 0,5 yuan."

"Laissez-moi vous dire que dans la ville de Kunming [province du Yunnan], il faut payer 300 000 RMB par an pour exploiter des toilettes publiques près du marché."

"Les autorités de Shanghaï ouvrent de plus en plus de toilettes publiques gratuites. Je me demande s'ils ne gardent pas celles-ci ouvertes justement parce que c'est hyper lucratif. Ce n'est pas très bon en tout cas pour l'image de la ville."

Notre Observateur a tenté de faire sa propre estimation

Xiaodong Du a filmé l'entrée des toilettes pendant cinq minutes pour compter le nombre de clients.

 

Plus de 50 personnes en cinq minutes, et encore on est en période creuse - normalement il y a la queue. La recette est donc au minimum de 5 millions de RMB, soit 531 000 euros par an. Ce n'est peut-être pas les 11 millions annoncés sur les forums, mais c'est ce qu'on appelle un business lucratif !"

Les photos de Xiaodong Du

 

Les toilettes sont indiquées sur les panneaux de signalisation.

Le flux de passagers de la gare peut dépasser les 40 000 voyageurs par jour pendant la période de la fête du Printemps (nouvel an chinois) entre janvier et février.

A l'entrée, une dame se tient derrière un énorme récipient en acier. Sur la bannière, on lit : "Un yuan à chaque fois". Les gens jettent une pièce. L'homme installé derrière le comptoir est chargé de faire la monnaie sur les billets.

Au "bureau de change", l'employé à déjà tout préparé pour faire face à l'affluence.

Six toilettes et douze urinoirs chez les hommes.

Régulièrement, des employés viennent faire un peu de nettoyage. Ce qui devient beaucoup plus compliqué pendant les pics saisonniers.

La vue satellite de la gare, "West Tianmu road, Zhabei District, Shanghai"

 

L'employée qui s'occupe du change m'a dit qu'elle était payée 1 200 RMB, soit 127 euros par mois. C'est moins que le salaire moyen, qui est de 200 euros, mais c'est pas mal pour quelqu'un qui est dans une situation difficile.

Les toilettes sont sous l'autorité du district de Zhabei (Shanghaï). Et une fois la maintenance payée, tout l'argent part dans les coffres du gouvernement local."