RÉPUBLIQUE TCHÈQUE

Les factures d’électricité, ça fait marrer les Tchèques

L'augmentation du prix de l'électricité fait grincer des dents partout dans le monde. Les Tchèques protestent eux aussi, mais avec une bonne dose d'humour.

Publicité

Martin Roman, le PDG de la compagnie énergétique CEZ.

Les Tchèques ont l'habitude des factures d'électricité qui enflent chaque mois un peu plus. La faute selon eux à CEZ, la compagnie énergétique qui détient le monopole sur le marché national. La dernière annonce de CEZ d'une augmentation de 9,9% d'ici janvier a fait sortir ses clients de leurs gonds. Mais les Tchèques sont connus pour leur humour à toute épreuve. Reinhard Heydrich, gouverneur nazi de Bohême, les qualifiait même de "bestiaux hilares". Fidèles à leur réputation, ils n'accueillent donc pas cette flambée des prix avec des émeutes, mais avec des canulars.

Ces documents ont été collectés et traduits par Ostap Karmodi, notre Observateur en République Tchèque.

"Quand je paye une facture, je jure si fort que le ciel tremble"

Cette chanson de Jirka Hurych connait un franc succès en République Tchèque.

 

© České Eso mezi Zloději, "CEZ". Traduit par les journalistes de France 24.

La fausse carte de vœux de CEZ

Cette fausse carte de vœu circule en ce moment sur le Net tchèque.

 

On est impatient de toucher vos factures de 2009.

 

Chers clients,

Soyez assurés que nous comprenons parfaitement votre mécontentement quant à l'augmentation constante de nos prix. Mais nous souhaitons souligner que vous n'avez pas le choix. Nous sommes une grosse entreprise et vous paierez de toute façon ce qu'on vous demandera de payer.

En 2006, nous avons fait 28,8 milliards de couronnes tchèques de bénéfice net [1.2 milliard d'euros, ndlr]. En 2007, nous avons fait 42,8 et cette année nous prévoyons 48,8 milliards. Vous constaterez vous-même que nos profits ne progressent plus assez rapidement, bien que nous fassions tout notre possible pour vous dépouiller. Mais l'hiver est doux, et des enfoirés en on profité pour ne pas chauffer leurs appartements, sapant nos rentrées d'argent.

Pour l'année prochaine, nous prévoyons de faire encore plus d'efforts pour atteindre au minimum les 60 milliards de bénéfices. Nos salaires en dépendent, vous savez. Nos femmes de ménages ne touchent pas moins de 70 000 kc par mois [le salaire moyen est de 23 000 kc en République Tchèque, ndlr]. Et nos cadrent ne sortent pas de leur lit pour moins d'un million. Le salaire annuel de notre président CEZ, Martin Roman, nous coûte à lui seul à 20 millions, sans compter son bonus de 677 millions.

Pour toutes ces raisons, nous devrons augmenter nos prix de près de 22% en 2009. Les journaux parlent de 9,9%, mais nous, à la différence des journalistes et des gens comme vous, nous savons compter. Nos entreprises vont se faire de beaux cadeaux. On a l'énergie. Vous en avez besoin. C'est triste pour vous. On aimerait pas être à votre place.

PS : On se demande ce que les compagnies de gaz ont elles aussi dans leurs tiroirs pour vous faire plaisir !"