ROYAUME-UNI

Pablo, le chien qui dit non à la coke

Le gouvernement britannique lance une grande campagne sur Internet pour sensibiliser la jeunesse britannique aux dangers de la cocaïne. C'est un chien mort qui a été choisi pour faire passer le message.

Publicité

Le gouvernement britannique lance une grande campagne sur Internet pour sensibiliser la jeunesse aux dangers de la cocaïne. C'est un chien mort qui a été choisi pour faire passer le message.

Cinq pour cent des 16-24 ans prennent régulièrement de la cocaïne au Royaume-Uni. Toutes générations confondues, le nombre de personnes consommant cette drogue a doublé sur les dix dernières années, selon le British Crime Survey. Pour contrer l'influence des icônes trash comme Amy Winehouse ou Pete Doherty, le ministère de l'Intérieur britannique a donc lancé une campagne de 1,15 millions d'euros pour réaliser des clips de prévention. L'acteur principal de ces vidéos : Pablo, un chien mort...

Pablo est décédé après avoir été utilisé comme passeur de drogue. Ramené à la vie, il se lance dans une grave mission : faire la lumière sur les ravages de la cocaïne. Crises cardiaques, saignements de nez, troubles de la personnalité, le chien mène l'enquête. Pourra t-il convaincre les jeunes Britanniques en mal de sensation ?

"C'est quoi l'intérêt de la coke ?"

La vidéo d'introduction de la campagne : Pablo revient parmi les vivants après avoir été eventré et découvre qu'il a été utilisé comme mule pour faire passer de la drogue en Angleterre. Sa voix est celle du célèbre comédien David Mitchell.

"On préfère être stones que bourrés"

"Kate", 16 ans, vit à Nottingham en Angleterre. Elle souhaite rester anonyme.

Quand je sors en boîte ou chez des amis, tout le monde est défoncé. J'ai commencé à prendre de la drogue à 14 ans et de la coke à 15. Un ami m'a proposé un rail, j'ai bien aimé alors j'ai continué. Je connais à peu près les risques, mais je ne suis pas inquiète. Je prends aussi de la quétamine, des amphétamines et je fume de l'herbe. Je prenais aussi des cachets, avant, mais la descente est terrible et ça me rend malade. La coke, c'est trop cher : 40 livres le gramme [45 euros]. Alors j'en prends pas souvent. Je la garde pour les grandes occasions.

Je ne suis accro à aucune drogue, on fait ça pour se marrer. J'ai pas commencé à cause de la pression des autres, mais parce que je le voulais. C'est facile de s'en procurer. Vous avez le nom d'un dealer par le pote d'un pote et il vous suffit de faire le numéro. Mais je ne bois pas. Aucun de mes amis d'ailleurs. On préfère être stones que bourrés. Bien sûr, mes parents ne sont pas au courant, ils me tueraient.

Cette campagne me fait me sentir mal à l'aise et je me dis que ce que je fais n'est pas génial. Mais le chien, c'est un peu bêbête. C'est pas ça qui va m'arrêter. J'arrêterais si un de mes amis devenait vraiment accro, ou si quelque chose de grave arrivait. Je préfèrerais écouter quelqu'un qui me parle dans les yeux, qui me raconte comment il a dérapé."

"Un jeune de 15 ans pourrait trouver ça trop 'gamin' "

Isobel travaille pour un programme de réhabilitation de drogués du gouvernement britannique. Elle souhaite rester anonyme.

Les jeunes doivent être sensibilisés aux risques de la drogue bien plus jeunes. Il y a des enfants qui commencent à prendre des drogues dures dès 10 ans en Grande-Bretagne. Ça ne concerne pas tout le monde, bien sûr, mais c'est fréquent chez les jeunes qui travaillent comme coursiers ou dont des membres de la famille sont drogués. Il y a aussi ceux qui se mettent à la drogue simplement parce qu'ils s'ennuient.

Je vois un autre problème avec cette campagne. Elle n'aborde pas le problème du "cocaethylene" [prendre des drogues et de l'alcool en même temps]. L'alcoolisme est si rependu au Royaume-Uni que ces deux questions doivent être abordées ensemble. Souvent, les jeunes prennent de la coke pour dessoûler un peu et être capable de boire davantage. Or l'alcool associé à la drogue produit un réaction chimique qui peut tuer. Les jeunes doivent savoir cela, et la campagne n'en parle pas.

Enfin, je reconnaît qu'il faut que ces messages de prévention soient fun, comme ici. Mais un jeune de 15 ans pourrait trouver ça trop 'gamin'. En Pologne, ils ont créé un carnaval où les gens s'amusent tout en recevant un message de prévention contre la drogue. C'est plus intelligent, à mon sens, car les jeunes ne sont pas laissés seuls face à écran d'ordinateur comme dans ce clip internet."

"Je vais rentrer dans ton sang, bébé"

Un sac de cocaïne essaie de séduire Pablo.

"Un excès de cocaïne peut provoquer des attaques cardiaques, même si vous êtes en très bonne santé"

Pablo, témoin d'une attaque cardiaque.