MEXIQUE

Six Indiens tués en défendant un site maya

Les Indiens d'une communauté du Chiapas, au Mexique, occupaient un site archéologique depuis près d'un mois, pour demander une meilleure répartition des revenus touristiques, lorsque les policiers fédéraux sont intervenus, tuant six des leurs. Une vidéo montrant le début de l'intervention policière circule sur les blogs indiens.

Publicité

Les Indiens d'une communauté du Chiapas, au Mexique, occupaient un site archéologique depuis près d'un mois, pour demander une meilleure répartition des revenus touristiques, lorsque les policiers fédéraux sont intervenus, tuant six des leurs. Une vidéo montrant le début de l'intervention policière circule sur les blogs indiens.

Les Indiens d'une communauté environnante occupaient depuis le 3 septembre le site archéologique maya de Chinkultic, situé près des lacs de Montebello, à la frontière avec le Guatemala. Ils demandaient à ce que les revenus de ce site touristique soient affectés à la construction d'infrastructures locales. La police est intervenue vendredi dernier pour déloger les manifestants, qui s'étaient mis à collecter le droit d'entrée. Les Indiens se sont défendus avec des bâtons et des machettes, parvenant même à capturer plusieurs dizaines de policiers. Six d'entre eux ont été tués lors de l'intervention de la police. Le gouverneur du Chiapas a dû s'expliquer publiquement sur cette bavure et cinq policiers ont été interpellés dimanche pour répondre d'une accusation "d'homicide".

"Les policiers ont arrêté une voiture transportant à l'hôpital des Indiens blessés lors de l'intervention de la police, et ils les ont exécutés."

Yvon le Bot est sociologue spécialiste de l'Amérique latine. Il a écrit un livre, "Le rêve zapatiste" (Seuil), avec le sous-commandant Marcos.

Cette communauté n'est pas zapatiste et leur manifestation n'avait pas de revendication politique générale. Ils demandaient uniquement à pouvoir participer à la gestion du site archéologique, qui est à l'heure actuelle administré par l'Institut national d'archéologie, probablement corrompu comme la plupart des instituts fédéraux du Mexique.

Selon mes sources locales, les policiers ont arrêté une voiture transportant à l'hôpital des Indiens blessés lors de l'intervention de la police, et ils les ont exécutés. Ce type d'incident est malheureusement fréquent au Mexique. Les médias n'ont pas parlé de celui-ci car il ne faisait pas ressortir de message politique clair. Les Indiens ont simplement été réprimés par une police brutale et mal dirigée. La police fonctionne selon des méthodes héritées du PRI, le parti qui a dirigé le pays de manière très autoritaire entre les années 1930 et 2000. Même le gouverneur de l'Etat du Chiapas a reconnu qu'il y avait eu une bavure et a demandé une enquête.

Mais attention, cet incident n'est pas révélateur d'une quelconque volonté indépendantiste des Indiens du Chiapas. La situation là-bas n'a rien à voir avec celle des Balkans. Même les Zapatistes ne demandent qu'une plus grande autonomie de leur région.

Le Mexique a la plus grande communauté d'Indiens d'Amérique latine. Mais ils ne représentent qu'environ 10% de la population et ils sont peu représentés au niveau fédéral. Le seul mouvement indien de poids, les Zapatistes, a été contré par le pouvoir et il a reflué depuis 2001. Il contrôle toujours ses communautés au Chiapas, mais il a perdu de l'influence au niveau national."

"70 policiers se sont fait capturer par les Indiens [...] ce qui explique leur nervosité et la violence de leur intervention."

Fredy Martin Perez est journaliste au Chiapas pour le quotidien national "El Universal". Il a suivi l'affaire pour son journal.

Le gouvernement avait proposé à cette communauté de lancer des projets touristiques et d'exploitation des ressources naturelles. Mais ces derniers voulaient gérer eux-mêmes le site et baisser le prix d'entrée de 35 à 20 pesos (2,1€ à 1,2€). Les autorités ont considéré que les Indiens ne pourraient pas entretenir le site seuls. Et ils ont également eu peur que cette région, qui jouxte le Guatemala, devienne un point de passage pour des trafiquants, notamment pour le passage d'immigrés.

Entre 200 et 250 policiers sont donc intervenus vers 14h vendredi pour libérer le site. Mais 70 d'entre eux se sont fait capturer par les Indiens. Un autre contingent est arrivé sur place et a investi la communauté. Mais les policiers avaient peur que les Indiens utilisent les armes qu'ils avaient saisies, ce qui explique leur nervosité et la violence de leur intervention."

Les images de l'intervention policière

Vidéo publiée sur le blog d'information sur les Indiens du Chiapas Meridiano90.L'intervention de la police dans la communauté indienne.