Ségolène Royal a fait samedi une performance digne d'un comédien de one man show. Pour certains analystes français, elle inaugurerait une nouvelle façon de faire de la politique "à l'américaine".

Depuis son dernier meeting au Zénith, ce samedi, les internautes se déchaînent sur le nouveau style de Ségolène Royal. Elle est en effet apparue métamorphosée, aussi bien dans son style vestimentaire, plus décontracté, qu'au niveau de ses postures. Elle fait de grands mouvements, parcourt la scène de long en large, tant et si bien que certains y voient la touche de Muriel Robin...

Postée sur Dailymotion par RichardTrois

"Elle m'a vraiment impressionné !"

Stuart Haugen est le vice-président des républicains en France. Il a visionné les vidéos de Ségolène Royal au Zénith.

Elle m'a vraiment impressionné ! Je ne supporte pas Royal, et pourtant pendant ce discours, je l'ai trouvée agréable, en tant qu'individu. On voit qu'elle a passé beaucoup de temps avec quelqu'un qui lui a appris à se comporter sur scène. Et je serais très étonné que cette personne ne soit pas américaine. Je pense que les Français sont près pour le changement. Il n'y a aucune raison qu'il n'aillent pas dans le sens des Etats-Unis. Il est triste qu'il faille être bon sur les planches pour gagner - ce qui pourrait faire perdre McCain - mais c'est comme ça que ça marche de nos jours.

J'ai quand-même quelques critiques. Elle n'est pas complètement professionnelle. Elle devrait laisser une pause pour que les gens aient le temps de rire après ses traits d'esprit. Et puis ses vêtements sont étranges. Elle cherche à être élégante et décontractée à la fois, mais elle n'y parvient pas encore. Enfin, son langage corporel est assez répétitif.

Le style de Royal me fait penser à celui de Mick Huckabee plus qu'à celui d'Hillary Clinton. Hillary Clinton se comporte sur scène comme un homme, elle n'a rien de féminin. Sarah Palin, c'est tout le contraire. C'est la bibliothécaire coquine qui porte des jupes. Je pense que Royal devrait jouer sur sa beauté et sa féminité. Ce côté sexy plairait en France."

"Cela ressemble davantage à ce que fait Le Pen"

Bertrand Simon est directeur et spécialiste de communication politique. Il enseigne à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Une salle enflammée, on avait déjà vu ça. Mais ce qui tranche vraiment, c'est qu'elle fait son discours sans pupitre, ce qui se fait très peu, même aux Etats-Unis. John Kerry faisait parfois des discours au milieu des gens, mais c'était dans des villages, pas dans une grande salle comme le Zénith. Et il ressemblait plus à un enseignant qu'à un comédien de "stand up".

Car c'est vraiment le style "stand up" qu'elle a adopté. Et pour moi ce n'est pas américain, cela ressemble davantage à ce que fait Le Pen. Lui aussi parle sans pupitre, ponctue ses discours de bons mots et joue avec le public. C'est le seul, à ma connaissance, à avoir ce style. Une sorte de Bedos d'extrême-droite.

Si on devait trouver une inspiration américaine à ce qu'a fait Ségolène Royal, il faudrait aller chercher du côté des télévangélistes plutôt que des hommes politiques."

"Jamais un homme politique ne ferait un discours dans une grande salle de New York habillé comme ça"

Samuel Sadden est un jeune avocat de Sioux City aux Etats-Unis. Il a étudié en France et continue de suivre l'actualité politique française. Il est sympathisant démocrate.

La seule chose qui fait américain dans tout ça, c'est son slogan, derrière, "la fraternité à son Zénith". Il ressemble effectivement à ceux de la campagne américaine. A part ça, rien à voir. Son discours est une caricature.

Aux Etats-Unis, les hommes politiques s'habillent parfois de façon décontractée, ils portent même des jeans. Mais c'est lorsqu'ils se rendent dans de petites villes, ou lorsqu'ils rencontrent des fermiers. Jamais un homme ou une femme politique ne ferait un discours dans une grande salle de New York habillé comme ça. Les gens crieraient au scandale.

D'ailleurs, les références de Royal sont françaises. Elle parle de Coluche, de Cyrano de Bergerac. C'est un populisme très français. Au passage, je trouve que si son discours tranche sur la forme, il reste absolument le même sur le fond."