Avec l'explosion de la vidéosurveillance est apparu un nouveau type de cinéastes. Grâce à une technique appelée "video sniffing", ils piratent les caméras des centres commerciaux et de la police pour tourner leurs films persos.

A l'origine, le "video sniffing", ou Warspying, est un jeu dont le but est de capter les images enregistrées par les caméras de surveillance. A l'aide d'un récepteur 2.4GHz et d'une vieille caméra achetée sur eBay ou dans un magasin spécialisé, les "video sniffers" parviennent à visionner et à enregistrer les images des caméras des épiceries, des entreprises et parfois même celles placées dans la rue par le police. Il leur suffit, ensuite, de localiser les caméras qu'ils ont piratées pour tourner leurs films persos sans débourser un centime. Cette technique est devenue tellement populaire qu'elle est aujourd'hui utilisée dans de vrais films et exposée dans des galeries d'art.

"Sans visage" (extraits) de Manu Luksch

"C'est une façon de s'interroger sur la vidéosurveillance"

Monika Vykoukal est conservatrice dans une fondation d'art contemporain à Aberdeen, en Ecosse.

Il y a un mois, nous avons monté une exposition sur les nouveaux médias, en particulier la vidéosurveillance. Nous y avons projeté plusieurs films, dont "Sans visage" de Manu Luksch et "Les Duellistes" de David Valentine.

C'est une façon de s'interroger sur la vidéosurveillance et de susciter un débat sur le sujet. La communauté de réalisateurs qui travaillent sur ce matériau est petite, mais elle gagne en popularité. Elle utilise notamment les réseaux sociaux comme Facebook et MySpace pour promouvoir leur travail. C'est un art accessible, auquel tout le monde peut participer."

"C’est une tentative de reprendre le contrôle de notre environnement"

"La Publicité" de David Valentine

Cette vidéo a été "sniffée", c'est-à-dire que les images ont été piratées sur des systèmes de vidéosurveillance.

"Les Duellistes" de David Valentine

Cette vidéo a été réalisée avec des images de caméras de surveillance. Mais le vidéaste a été autorisé à accéder à la salle de contrôle, il n'a pas eu à pirater le système de surveillance.

David Valentine est un réalisateur britannique.

J'ai sorti ce film [les Duellistes] l'année dernière. On m'a donné accès à la salle de contrôle d'un centre commercial et j'ai utilisé leurs 180 caméras de vidéosurveillance en même temps.

Je travaille aujourd'hui sur un autre projet que j'ai en tête depuis longtemps. Je vais tourner un film basé sur l'histoire de "West Side Story" à Basildon, dans l'Essex (Angleterre). Je vais utiliser toutes les caméras de surveillance sur lesquelles je pourrais mettre la main. Celles du centre-ville et des centres commerciaux. Mais aussi les caméras que portent les policiers de Basildon et toutes les caméras wi-fi que je pourrais pirater dans le coin.

Je n'aime pas être filmé en permanence, mais mon travail n'est pas politique. C'est plutôt une tentative de reprendre le contrôle de notre environnement et de permettre à des enfants défavorisés d'utiliser une technologie gratuite et créative."