ROYAUME-UNI

En buvant une bière, vous assoiffez la planète

On connaissait "l'empreinte écologique", c'est-à-dire l'impact de l'homme sur la nature, ou "l'empreinte carbone". Le Net anglo-saxon ne parle plus aujourd'hui que de "l'empreinte sur l'eau". Ce nouvel indicateur ne prend pas uniquement en compte l'eau que vous gaspillez en vous douchant. Il inclut tous les biens que vous achetez et qui ont eux-mêmes nécessité de l'eau pour être produits. Pour ne prendre qu'un exemple : avec une demi-pinte de bière vous consommez... 75 litres d'eau. Lire la suite...

Publicité

On connaissait "l'empreinte écologique", c'est-à-dire l'impact de l'homme sur la nature, ou "l'empreinte carbone". Le Net anglo-saxon ne parle plus aujourd'hui que de "l'empreinte sur l'eau". Ce nouvel indicateur ne prend pas uniquement en compte l'eau que vous gaspillez en vous douchant. Il inclut tous les biens que vous achetez et qui ont eux-mêmes nécessité de l'eau pour être produits. Pour ne prendre qu'un exemple : avec une demi-pinte de bière vous consommez... 75 litres d'eau.

Le concept de "l'empreinte sur l'eau", créé par l'Unesco, a été popularisé par un rapport du WWF, publié fin août, qui explique qu'un Britannique moyen utilisait 58 baignoires d'eau par jour.

"Les pays où l'on mange le plus de viande sont les plus gros consommateurs d'eau"

Stuart Orr a rédigé le rapport sur "l'empreinte sur l'eau" pour le WWF.

On connaît la quantité d'eau dont nous disposons, et on sait à quelle vitesse la population s'accroît. Nous avons certes autant d'eau qu'il y a 20 ans, mais une grande partie de cette eau est rendue inutilisable par l'activité humaine [polluée, rejetée à la mer, etc].

Les pays où l'on mange le plus de viande sont les plus gros consommateurs d'eau - c'est pour cela que les Etats-Unis arrivent en tête. La Chine est aussi dans le peloton de tête car une partie de sa population a des habitudes de consommation similaires à celles des Américains. Nous avons choisi d'étudier le Royaume-Uni car c'est un pays qui a les moyens d'améliorer son bilan dans le domaine, mais nos résultats concernent tout le monde.

J'ai lu certains billets de blogs qui réagissaient de manière négative à notre étude. Pour moi, ce sont juste des gens qui font l'autruche. Moi aussi, j'en ai marre d'entendre parler de ces "empreintes". Mais nous avons les moyens de lutter contre celle-ci. Car le secteur privé a très bien réagi à notre rapport, qui est parvenu à créer des discussions. Alors, oui, on a créé une nouvelle "empreinte", mais si cela aide à résoudre le problème, alors ça valait la peine."

"Cela donne l'impression que les méchants britanniques se font envoyer des citernes d'eau d'Afrique"

Le Britannique Brendan O'Neill écrit sur Spiked, un blog de "pensée libre".

Après "l'empreinte écologique", puis "l'empreinte carbone", voici "l'empreinte sur l'eau". Après les exhortations à se sentir coupable pour notre sur-consommation de carbone, on nous demande d'être prudent (un autre mot pour "se sentir coupable") quant à la quantité d'eau gaspillée pour faire notre toilette ou tirer la chasse.

Les autres études indiquaient que chaque Britannique utilise 150 litres d'eau par jour - en cuisinant, se lavant, etc. Le WWF affirme, lui, que l'on en consomme 30 fois plus - virtuellement. Le rapport explique, en effet, que chaque Britannique utilise 4 645 litres d'eau par jour qui ne viennent pas de la pluie, mais qui sont "virtuellement" importées de l'étranger. Il prend en compte l'eau nécessaire pour faire pousser le café que l'on boit chez Starbucks, cultiver le coton de nos tee-shirts, nourrir les bœufs qui finiront dans notre assiette. Cela donne l'impression que les méchants britanniques se font envoyer des citernes d'eau d'Afrique.

Mais c'est virtuellement... Quelle connerie ! Car l'eau utilisée par les pays du tiers-monde pour produire ces marchandises reste dans ces pays. Elle ne devient pas "notre eau". C'est une eau qui est certes souillée, mais qui peut être recyclée - si on investit dans les équipements nécessaires - et réintégrée au cycle naturel."

Une demi-pinte de bière = 75 litres d’eau

Waterfootprint.org estime "l'empreinte sur l'eau" de différents produits. Quelques exemples :

 Produits Empreinte sur l'eau (en litres)

250 ml de bière

 75
 Une pomme

 70
 Un steak de bœuf  155 000

 Une tasse de café

 140
 Un verre de vin

 120
 Un kilo de fromage  5 000
 Un tee-shirt en coton

 2 700

 

Ils publient également le classement de l'Unesco des pays les plus consommateurs d'eau. Quelques exemples :

Pays

Empreinte sur l'eau moyenne (en m3 par tête et par an)

 Etats-Unis 2 483
 France                                   

 1 875
 Royaume-Uni 1 245
 Japon 1 153
 Chine 702

 

Sur ce site, vous pouvez calculer votre propre "empreinte sur l'eau".