CHINE

Flic et propriétaire de discothèque ?

En Chine, on souhaite bonne chance aux nouveaux commerces en placardant ses vœux sur de grands rubans rouges. Mais quand le commerce en question est une boite de nuit, et que les vœux sont signés de la police locale, le voisinage se pose des questions.

Publicité

En Chine, on souhaite bonne chance aux nouveaux commerces en placardant ses vœux sur de grands rubans rouges. Mais quand le commerce en question est une boîte de nuit, et que les vœux sont signés de la police locale, le voisinage se pose des questions.

Cette boîte de nuit a ouvert récemment à Liuzhou, une des principales villes de la province du Guangxi (sud). Il est fréquent en Chine que la famille ou les amis offrent des banderoles rouges à accrocher sur la vitrine pour souhaiter la réussite au propriétaire d'un commerce, d'un restaurant ou d'un hôtel. Mais sur les forums de discussion, les internautes chinois s'étonnent du commanditaire de cette banderole : pourquoi la police présenterait-elle ses vœux à un propriétaire de boîte de nuit ?

Cette photo circule sur le Net chinois et a été reprise par le site Boxun, spécialisé dans les droits de l'homme en Chine. La réaction des internautes chinois en dit long sur la confiance qu'ils accordent à leur police.

"Un club de nuit en Chine ne peut pas ouvrir sans être associé avec la police"

L'une de nos Observatrices pour la Chine, Anna Zyw, a rassemblé les commentaires d'internautes postés sur différents forums.

Sur Wangyi (Netease): "La police et les propriétaires de club de nuit sont toujours associés."

"Ce sont soit des policiers soit des fonctionnaires qui ont ouvert le club."

Sur The Third Media: "C'est vraiment honteux, c'est de la corruption. Pourquoi cette collaboration entre fonctionnaires et entreprises est-elle aussi courante ?"

Sur Hongdou (Haricot Rouge): "C'est normal, ça arrive tout le temps."

"Est-ce que ce sont la police et le gouvernement local qui ont investi dans ce club, ou n'est-ce le fait que de membres isolés de ces institutions ?"

Sur Beiqingwang (Youth Net, hébergé sur myspaces): "Le propriétaire doit être de la famille d'un policier."

Sur Red Net: "C'est typique en Chine."

"Ça ne sert à rien de faire toute une histoire pour une si petite chose! Ça ne change rien qu'ils accrochent des banderoles ou pas, un club de nuit en Chine ne peut pas ouvrir sans être associé avec la police."

"Oui, mais cette fois-ci, c'est fait au grand jour, alors qu'avant au moins c'était fait en cachette."

La boîte de nuit de Liuzhou