Tunisie

Un article de FRANCE 24 censuré en Tunisie ?

C'est un internaute de FRANCE 24 qui a alerté la rédaction. Un article sur le président Zine el-Abidine Ben Ali, mis en ligne le 1er août, n'est désormais plus accessible depuis le territoire tunisien. L'un de nos observateurs sur place confirme cette information et évoque le durcissement du pouvoir tunisien.

Publicité

C'est un internaute de FRANCE 24 qui a alerté la rédaction. Un article sur le président Zine el-Abidine Ben Ali, mis en ligne le 1er août, semble désormais ne plus être accessible depuis le territoire tunisien. L'un de nos observateurs sur place confirme cette information et dénonce le durcissement du pouvoir tunisien.

Le président tunisien Zine el-Abidine Ben Ali a annoncé, le 30 juillet dernier, sa candidature pour un cinquième mandat à l'élection présidentielle de 2009. Agé de 71 ans, il est à la tête de l'ancien protectorat français depuis plus de vingt ans. Lors de sa dernière réélection, en 2004, il avait recueilli plus de 94 % des voix exprimées.

Après l'annonce de cette nouvelle candidature, la rédaction de FRANCE 24 a publié un article sur son site Internet sous le titre " Ben Ali en quête d'un nouveau bail à Carthage ". Alors que le site de FRANCE 24 est encore accessible, cet article aurait été censuré en Tunisie. Un pratique courante dans le pays, comme le confirme notre observateur.

Le commentaire laissé par l'internaute anonyme sur le site de FRANCE 24

"C’est de pire en pire, tous les jours de nouveaux blogs sont fermés"

Mokhtar Yahyaoui est un ancien juge tunisien. Il vit sous la surveillance de la police depuis qu'il a critiqué publiquement la politique de Ben Ali.

Cet article a été accessible pendant quelques jours, je me souviens l'avoir lu sur le site de FRANCE 24. Je l'avais même repris sur mon blog, mais comme très souvent le lien a été censuré par les autorités. C'est de pire en pire, tous les jours de nouveaux blogs sont fermés. Les autorités mettent une ardeur particulière depuis quelques jours à censurer tout ce qui touche de près ou de loin à une critique du gouvernement.

Par ailleurs, cette semaine s'est tenu le procès de quatre militants de Bizerte, qui avaient manifesté contre "la présidence à vie" de Ben Ali, le jour de la fête de la République. La pression a été croissante tout au long du procès. Il y a eu énormément de contrôles d'identité, les routes étaient barrées, des personnes ont été passées à tabac.

L'omniprésence de la censure sur le Net ces derniers jours montre qu'ils ont envie de frapper un grand coup pour que tout le monde se taise. Ils mettent les bouchées doubles pour faire peur aux gens.

En plus, Ben Ali vient d'annoncer sa nouvelle candidature. Il cherche à imposer le calme parce que la nouvelle ne ravit pas tout le monde ici. Les autorités sentent bien que les gens sont au bord du désespoir. Les risques de débordements sociaux sont très importants avec l'augmentation constante des prix. Les gens commencent à écrire sur les blogs des choses que l'on n'avait jamais entendues auparavant. Et la censure répond. "

L'article de FRANCE 24

La page sur le Web français le 8 août 2008.

 

La même URL sur le Web tunisien aboutit à une "page non trouvée" le 8 août 2008.