ETATS-UNIS

Britney Spears, Barack Obama, même combat ?

Obama ne serait qu'une star du show-business, au même titre que Britney Spears ou Paris Hilton... C'est en tout cas la dernière trouvaille de l'équipe de John McCain. La nouvelle publicité du candidat républicain n'est pas passée inaperçue sur Internet, suscitant le plus souvent la moquerie.Voir les vidéos et lire la suite...

Publicité

Obama ne serait qu'une star du show-business, au même titre que Britney Spears ou Paris Hilton... C'est en tout cas la dernière trouvaille de l'équipe de John McCain. La nouvelle publicité du candidat républicain n'est pas passée inaperçue sur Internet, suscitant le plus souvent la moquerie.

"Celeb" a été diffusé le 30 Juillet par l'équipe de campagne de John McCain.

" C'est la personne la plus célèbre au monde ", annonce la vidéo. Même Paris Hilton et Britney Spears semblent être démodées à côté du candidat démocrate qui déchaîne les foules aux quatre coins de la planète. Mais est-il prêt à gouverner alors que les cours du pétrole s'envolent et que la situation économique plonge le pays dans l'inquiétude ? Britney ou Paris à la Maison Blanche, ça ne fait effectivement pas très sérieux.

Le problème, c'est que de nombreux observateurs américains n'ont pas été convaincus par cette démonstration. Surtout que les deux starlettes sont connues pour leur penchant... républicain. Aussitôt mise en ligne, la vidéo est détournée par des blogueurs démocrates, qui s'en donnent à cœur joie pour se moquer du sénateur de l'Arizona.

ACTUALISATION / 6 Août 2008 : Paris Hilton poste cette vidéo le 6 Août 2008 sur le Web en réponse à la vidéo de McCain. Elle annonce qu'après son apparition dans la vidéo de campagne du "gars ridé aux cheveux blancs", elle a l'intention de se présenter à la Maison Blanche. (Voir la video)

Un ticket McCain/Spears

Postée sur Barely Political le 2 août 08.

Une vidéo propose même à John McCain de faire équipe avec la chanteuse de "Baby One More time". McCain/Spears, voilà un ticket que les experts politiques américains n'avaient pas vu venir.

"La seule manière pour McCain de motiver ses troupes est de copier la tactique de Bush"

Dana Blankenhorn est un écrivain américain qui vit à Atlanta. Son blog : Dana Blakenhorn et la guerre du pétrole

La seule chance de McCain, c'est de faire une campagne à la Karl Rove (l'un des anciens conseillers de George W. Bush), basée sur la peur et les accusations, le but étant de diaboliser les Démocrates. C'est ainsi que George Bush a pris et conservé le pouvoir. L'ironie, c'est que les deux cibles dans cette publicité sont républicaines. La famille de Paris Hilton a beaucoup donné pour la campagne de McCain et Britney Spears avait publiquement annoncé qu'elle soutenait George Bush.

Le parti républicain est toujours le parti de George Bush. Même si des indépendants et les Démocrates le méprisent, il est toujours adulé chez les Républicains "purs jus". Vraiment. Et la seule manière pour McCain de motiver ses troupes est de copier la tactique de Bush. Il essaye par tous les moyens de lui cirer les pompes, sans trop de succès jusque-là.

Donc voilà où il en est. Il a engagé toute une bande des protégés de Rove, qui prennent encore leurs ordres de leur maître. Et nous revoilà partis pour une campagne comme en 2000 et 2004, même s'il prétendait le contraire il y a seulement un mois."

"Seul un candidat desespéré peut être amené à se servir de ces deux femmes dans une publicité politique"

Postée par Chris Cox's ButterTV, le 31 juillet 2008

McCain dans l’embarras

Postée sur Barely Political, le 2 août 2008

Vidéo d'une conférence de presse en Floride, vendredi dernier. Une journaliste s'adresse à McCain : "Pouvez-vous nous dire pourquoi votre équipe de campagne et vous-même avancez qu'Obama joue la carte raciale et pouvez-vous détailler ce que vous voulez dire lorsque vous affirmez vous être battu toute votre vie pour l'égalité des droits ? Qu'avez-vous fait précisément pour améliorer la vie des Afro-Américains ?"

La réponse de McCain : "Eh bien, j'ai, euh, premièrement, la première quest.., je pense que vous voulez savoir pourquoi je suis... euh..."