SERBIE

Sur les pas de Karadzic à Belgrade

Radovan Karadzic a été transféré au Tribunal pénal international de La Haye dans l'attente de son procès, qui reprend le 29 août, mais son ombre plane toujours sur les rues de Belgrade. Une société de voyage s'apprête à lancer un circuit touristique dans la ville, pour permettre à ceux qui le souhaitent de suivre pas à pas le quotidien de l'ancien chef des Serbes.

Publicité

L'affiche de promotion de le visite « Pop-Art Radovan » à Belgrade.

Radovan Karadzic a été transféré au Tribunal pénal international de La Haye dans l'attente de son procès, qui reprend le 29 août, mais son ombre plane toujours sur les rues de Belgrade. Une société de voyage s'apprête à lancer un circuit touristique dans la ville, pour permettre à ceux qui le souhaitent de suivre pas à pas le quotidien de l'ancien chef des Serbes.

Karadzic est considéré comme le cerveau du "nettoyage ethnique" durant la guerre de Bosnie (1992-1995). Pourtant, quelques jours après son arrestation, ils étaient encore des milliers de Serbes à manifester leur soutient à leur ancien leader. Les violents affrontements avec la police, qui ont suivi ce rassemblement, prouvent que la situation est toujours loin d'être calme dans la capitale serbe.

C'est dans ce climat tendu que l'agence de tourisme Vekol Tours annonce qu'elle met en place un circuit touristique dans les rues de Belgrade retraçant la vie quotidienne de Karadzic :

"Le circuit dure une demi-journée. Départ du square Nikola Pasic, dans le centre-ville de Belgrade, pour le quartier de New Belgrade, où Radovan Karadzic vivait, dans l'immeuble 267 du bloc 45.

Nous suivrons les pas de Karadzic. Première étape le matin, la boulangerie, où nous mangerons une tourte aux pommes de terre maison, son petit déjeuner préféré. Bien entendu, le matin est aussi le moment rêvé pour lire la presse, nous traverserons ensuite la rue et nous irons saluer le kiosquier et lui acheter quelques journaux.

En traversant le parc, nous nous rendrons dans les magasins que fréquentait Karadzic. Après une petite pause dans le parc, où nous lirons les journaux et pourrons discuter avec des voisins de Karadzic et peut-être déguster une bière fraîche, nous finirons devant l'immeuble où il vivait, où nous pourrons prendre des photos. Le pub du coin constitue la meilleure partie du circuit. Nous essaierons de prendre autant plaisir qu'il en avait dans ce décor rustique. Nous boirons du vin Medvedja kry (sang d'ours) avec des gâteaux apéritifs au son de la gusle, l'instrument national serbe.

Avant de terminer cette formidable visite, nous irons déguster les célèbres crêpes de chez Pinocchio, dans la vieille ville de Zemun, où nous attend la crêpe Karadzic. De retour en ville, nous pourrons enfin admirer la vue sur la Cour de Justice, où Karadzic était détenu avant son transfèrement à la Haye."

"Un des endroits à visiter est un café ultranationaliste"

Viktor Marković dirige un site internet destiné aux touristes étrangers à Belgrade, Belgrade 2.0

Je ne pense pas que l'idée ait beaucoup de succès, c'est trop bizarre. Je pense même que c'est dangereux de faire ce trajet. Un des endroits qu'il est prévu de visiter est un café ultranationaliste. Les autorités ont essayé de le faire fermer, en vain. Le propriétaire est connu pour son soutien à Karadzic, il s'est battu contre la fermeture de son bar qui a finalement été  toléré puisqu'il n'y a qu'une dizaine de clients réguliers. Ce n'est pas très grand, ça ressemble à un appartement. Je ne sais pas comment les touristes feront une fois là-dedans !

Je n'arrive pas à imaginer qui peut avoir envie de faire ce tour. Peut-être que c'est juste un moyen d'attirer l'attention (pour le tour-operator). Pourquoi les touristes auraient envie de marcher sur les pas d'un criminel de guerre ? C'est complètement idiot.  En ce qui concerne le tour "Milosevic", je ne pense pas qu'il marche très bien non plus, mais au moins on peut visiter son appartement. Ce qui n'est pas le cas pour Karadzic. C'est quoi l'intérêt d'aller à sa boulangerie ou à son épicerie ?

Cela a été une surprise pour tout le monde à Belgrade d'apprendre que Karadzic avait connu la même vie que nous, dans la même ville que nous. Je l'ai certainement déjà croisé. C'est un peu irréel.

Je ne pense pas que la capture de Karadzic attirera un grand nombre de touristes, mais c'est positif pour notre image. Et c'est aussi vrai qu'il n'y a jamais eu autant de touristes qu'en ce moment à Belgrade. Mais il  y en a de plus en plus tous les ans, je ne pense pas que cet évènement jouera beaucoup !"

"Bien sûr que ce n'est pas dangereux, ce tour est apolitique"

Une des employés du Vekol Tours décrit le projet de la visite Pop-Art Radovan. Elle tient à rester anonyme.

Bien sûr que non, que ce n'est pas dangereux de participer à cette visite. Il n'y a que des touristes étrangers, car notre société ne s'occupe que des étrangers. Le tour est complètement "apolitique". Nous n'avons même pas de guide. Nous les emmenons juste d'un endroit à l'autre en suivant un itinéraire. Mais les informations qu'on donne sont très basiques.  On parle de ce qu'il mangeait, de la boulangerie à laquelle il allait le matin.

Aucun aspect politique n'est inclus dans nos programmes. On avait fait la même chose pour Tito, et on applique la même politique au tour "Karadzic".  Ce n'est pas parce que nous avons peur des représailles, mais simplement nous ne voulons pas parler de Karadzic en ces termes. En aucun cas nous ne répondrons à des questions politiques."