ETATS-UNIS

Conspuée pour avoir chanté "l'hymne national noir"

Une chanteuse de jazz à peu près inconnue vient de déclencher une importante controverse aux Etats-Unis. Alors qu'on lui demandait de chanter l'hymne américain, lors d'un événement organisé par le conseil municipal de Denver, elle a changé les paroles par celles d'un "hymne national noir". Lire la suite et voir la vidéo...

Publicité

Une chanteuse de jazz à peu près inconnue vient de déclencher une importante controverse aux Etats-Unis. Alors qu'on lui demandait de chanter l'hymne américain, lors d'un événement organisé par le conseil municipal de Denver, elle a changé les paroles par celles d'un "hymne national noir".

René Marie avait été invitée ce mardi par le conseil municipal de Denver, devant les fonctionnaires de la ville, à chanter "l'hymne de la bannière étoilée". Mais, sur le même air, elle a choisi de déclamer les paroles d'un poème de James Weldon Johnson, "que toutes les voix s'élèvent pour chanter", plus connu sous le nom de "l'hymne national noir". L'accueil de l'assistance a été pour le moins mitigé ; sa performance a ensuite déclenché une polémique d'ampleur nationale. Le président du conseil municipal a croulé sous les lettres d'insultes, bien qu'il ait rapidement déclaré qu'il n'avait pas été prévenu de l'initiative de René Marie. Cette dernière a refusé de s'excuser, expliquant qu'elle n'avait fait qu'user de sa liberté d'artiste et qu'elle referait la même chose si on lui en donnait l'occasion. Alors que la polémique enflait, Barack Obama s'est senti obligé de prendre position, déclarant qu'il n'y avait « qu'un seul hymne national » et que c'est celui-là qu'elle aurait dû chanter.

"Ces gens veulent être des victimes"

Jim Wilkinson est un entrepreneur du sud du Texas. C'est un fervent républicain.

C'est une honte absolue. Une attaque contre nos valeurs traditionnelles. Tout le monde devrait respecter le pays et le drapeau, surtout à quelques jours du 4 juillet [l'anniversaire de l'indépendance]. Si j'avais été présent, je serais sorti de la pièce. Cette femme doit être sanctionnée.

Elle a fait cela pour affaiblir le patriotisme dans notre pays, comme le font tous les libéraux. La société se défragmente - tout le monde prend un chemin différent. Ce changement de société a commencé il y a une vingtaine d'années. Et on ne doit pas continuer sur cette voie.

Je n'ai jamais entendu cette chanson. Mais le simple fait d'avoir chanté autre chose que l'hymne véritable montre qu'ils ne font pas parti de notre nation. Ces gens veulent être des victimes. Je ne sais pas si on peut en conclure que c'est la faute d'Obama, mais je n'aime pas ce type, c'est un socialiste. Il est anti-Amérique, anti-armée et anti-blancs."

"On me dit de retourner en Afrique"

Eric Tappen tient un site sur la communauté afro-américaine des Etats-Unis (Black-Network.com), sur lequel il a publié les paroles de "l'hymne national noir".

Nous avons posté ces paroles il y a douze ans. C'est une belle chanson. Son message est optimiste. Le père de son auteur était probablement un esclave. Je ne vais donc certainement pas retirer ce texte de mon site, même si j'ai reçu des tas de messages haineux ces derniers jours. Des emails où on me dit de « retourner en Afrique ». Je me suis habitué à ces insultes. Elles viennent sûrement de petits employés blancs qui ont peur d'être dépassés par les Afro-Américains. Ces commentaires sont en général mal écrit, leur grammaire est déplorable.

Ceci dit, je ne comprends pas pourquoi René Marie a fait ça. C'était stupide. Selon moi, elle devrait s'excuser, ça ne lui coûte rien."

La version de l'hymne national par René Marie

L'hymne a été écrit en 1899 par James Weldon Johnson et mis en musique l'année suivante par son frère. Il a été joué lors de la célébration de l'anniversaire de Lincoln, en 1900.

Extraits de l'"hymne national noir":

Que tout les voix s'élèvent et chantent

Jusqu'à ce que la terre résonne

Résonne des harmonies de la liberté

Laissons notre joie se déployer

Bien haut, pour que le ciel nous entende

Laissons la gronder comme la houle de la mer

(...)

Soyons toujours debout

Fidèles à dieu

Fidèles à notre mère patrie.